Chronique

BURY TOMORROW
Earthbound

image
Nuclear Blast

10 titres - 36 minutes
Sorti le 29-01-2016


image
Vendredi 5 août 2016

On a l’impression que c’était hier, et pourtant ces jeunes Anglais en sont déjà à leur quatrième disque avec Earthbound. Même si, on a aussi un peu l’impression que c’était hier parce qu’on attend toujours (en vain) un album révélateur..

Bury Tomorrow
Bury Tomorrow


Clique pour voir la fiche du groupe
ne nous a jamais habitué à de la médiocrité, rien qu’ayant le logo Nuclear Blast pour la 2ème fois sur leurs CDs, on sait qu’il y a une certaine qualité. Cependant, le groupe n’invente rien, ou en tout cas ne parvient pas à se hisser sur un podium cette fois encore. Très semblable à Runes, Earthbound ne sera donc pas la révélation 2016.

Tant au niveau instrumental que vocal, les techniques et structures n’ont pas bougé. Ça commence fort, puis on a droit à la partie mélodique, et parfois une fin plus musclée. Voilà la recette Bury Tomorrow
Bury Tomorrow


Clique pour voir la fiche du groupe
. La sauce prend, mais ça ne casse pas 3 pattes à un canard, bien que ça soit toujours sympathique en live.

Ça commence en puissance avec The Eternal, sans intro on se prend un bon gros grunt avec double pédale dans les dents. Puis comme par hasard une bonne dose de chant mélodique alterné avec un grunt puissant, qui fait quand même plaisir. Du bon Bury Tomorrow
Bury Tomorrow


Clique pour voir la fiche du groupe
pour résumer The Eternal qui ouvre cet album. Mais tous les morceaux vont se succéder ainsi, un peu comme quand on trouve toujours le même genre de jouets dans une boîte de Kinder Surprise..
Certes, la plupart sont de correcte ou bonne facture, mais jamais surprenants.

Mais (oui et celui-là il est dans le bon sens), vos oreilles vous enverront un petit signal d’alarme lors de certains titres?! En effet, des passages d’un bon metalcore qui s’orienteraient un peu plus vers du Parkway Drive
Parkway Drive


Clique pour voir la fiche du groupe
raviront les gens qui ont encore un peu d’espoir sur ce groupe. Notamment sur des chansons comme 301, The Burden, Bloodline ou à la limite l’éponyme Earthbound.

Certes, on pouvait trouver des équivalents sur Runes ou en écoutant d’autres groupes de metalcore. Mais gardons un peu d’espoir pour la suite discographique de ces 5 Anglais. Peut-être que le 5ème disque sera d’un genre nouveau (ou pas). Enfin, on a encore de la chance que Bury Tomorrow ne soit pas mauvais lors de ces concerts!



Tags : melodique metalcore Bury Tomorrow
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
1
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE