Chronique

EMPTINESS
Not for Music

image
Season of Mist

7 pistes - 41:44
Sorti le 20-01-2017


image
Mercredi 8 février 2017

Emptiness
Emptiness


Clique pour voir la fiche du groupe
m'avait déjà fait forte impression au dernier Eindhoven Metal Meeting, où le groupe bruxellois m'avait mis dans l'état d'esprit idéal pour aborder le phénomène Batushka
Batushka


Clique pour voir la fiche du groupe
qui jouait ensuite : introspection et misanthropie. J'ai du mal à associer la Belgique à l'Atmospheric Black Metal, sans doute parce que le Plat Pays n'est pas directement associé à de profondes et mystérieuses forêts abritant les esprits des anciens mondes. Mais le genre est à la mode (enfin... à l'échelle du Black Metal ), et Emptiness
Emptiness


Clique pour voir la fiche du groupe
vient de nous en livrer un bel échantillon avec Not for Music, le cinquième album du groupe et le premier sur Season of Mist .

Emptiness
Emptiness


Clique pour voir la fiche du groupe
, qui compte deux membres de Enthroned
Enthroned


Clique pour voir la fiche du groupe
, opérait à l'origine dans un registre Black/Death teinté de Sludge, avant d'opter pour un style de musique plus contemplatif. Une évolution qui est d'ailleurs aussi perceptible dans l'esthétique du groupe, au vu des artworks de chaque album : les deux derniers me rappellent un peu le cinéma expressionniste allemand. Et si on pouvait encore percevoir quelques accents Death sur l'album précédent, l'excellent Nothing but the Whole, la métamorphose est maintenant achevée, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre.

Au diable les points de vue nuancés ; Not for Music est vraiment pour moi une perle d'Atmospheric Black tirant vers l'Ambient, alors que le genre a tendance à vite se répéter quand l'inspiration manque. Meat Heart pose directement l'ambiance avec son chant distant qui semble nous annoncer un cataclysme à venir sous fond de musique aérienne, relaxante oserais-je dire. It Might Be me confirme ensuite dans le sentiment d'assister au déclin inexorable d'une civilisation décadente, emportée par une apocalypse qu'elle a probablement eu l'outrecuidance de causer elle-même, alors qu'elle était aveuglée par sa recherche vaine de grandeur. Mais bon, je ressens la même chose à chaque fois que je regarde un journal télévisé, donc c'est peut-être un biais personnel. L'album monte en intensité avec Your Skin Won't Hide You, dont l'instrumentation froide se combine à merveille avec la voix sépulcrale de Jérémie Bezier pour diffuser un sentiment de détresse psychologique qui m'évoque Joy Division
Joy Division


Clique pour voir la fiche du groupe
. Pas de répit sur Digging the Sky, qui ajoute la puissance des chœurs et de guitares plus agressives à une alchimie déjà efficace, preuve que Emptiness
Emptiness


Clique pour voir la fiche du groupe
sait aussi varier son répertoire. L'enchaînement avec un Ever plus intimiste et expérimental se fait facilement, avant un puissant Let it Fall au titre évocateur : l'espoir est mort, et l'esprit repose en paix.

Avec Not for Music, Emptiness
Emptiness


Clique pour voir la fiche du groupe
nous offre une vision résolument novatrice de l'Atmospheric Black Metal, tournant résolument le dos aux sensibilités mythologico-forestières habituelles pour se consacrer à une musique d'avant-garde, dans le bon sens du terme, et oser des sonorités plus ''urbaines''. A l'écoute, les sentiments oscillent entre la solitude désespérée induite par une mégalopole tentaculaire rongée par l'anomie, et l'attente du cataclysme rédempteur qui en fera table rase. Et c'est étonnamment apaisant.


Tags : Atmospheric Black Metal, Belgique, Emptiness
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
13
AUTEUR : Matthias Bertrand
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE