Chronique

SUPERGENIUS
Supertired

image
9000 Records / Hypertension Records

Sorti le 07-04-2017


image
Jeudi 13 avril 2017

Avec des membres issus de formations telles que BEECHER, CASTLES, HITCH, RISE AND FALL, WIEGEDOOD, BLIND TO FAITH ou OATHBREAKER et en choisissant le nom de SUPERGENIUS, cet all-star Band belge pourrait laisser croire qu'il a le melon avant même d'avoir commencé. C'est peut-être pour cette raison que le premier album s'appèle (déjà) Supertired, ajoutant aussi un petit côté blasé et léger au style du groupe. On espère en tout cas que le choix du titre de l'album n'est pas prémonitoire de l'état d'esprit de cette formation encore en devenir.

On retrouve donc Vincent Maes à la basse, Wim Coppers à la batterie, Mich Decruyenaere à la guitare et Edward Godby au chant et à la guitare. D'abord, quelle joie de retrouver Mich Decruyenaere derrière un instrument, lui qui a fait partie d'un des groupes d'indie-post-hard-core que la Belgique a compté parmi les plus intéressants. Ensuite, avec la voix d'Edward Godby, on devine rapidement vers quoi SUPERGENIUS pourrait aller.

Et si la formation va effectivement jouer dans la cour de l'Indie musclée et influencée par un background Punk, dès All That's Gold, la plage d'ouverture de cet album, SUPERGENIUS va toutefois réussir à nous surprendre. Cet titre débute exactement comme on peut se l'imaginer jusqu'à ce que Ed commence à chanter. Avec beaucoup de mélodies, il tire le style de cette chanson vers une Indie toujours héritée des années 90 mais qui se rapproche fortement de la Britpop.

Cette volonté d'aller vers un registre où la voix est plus posée se retrouve également sur le très calme Their Designs, le dandinant Drifting Tonight et les retenus Kinda Wooden et Rust And Split.

De leurs côtés, Charmer, Watch the Water, Acrobatics, Know Your Knots et A Serious Case Of Imposter Syndrome vont s'inscrire dans cette lignée plus attendue par la présence de Mich et Ed où SUPERGENIUS se montre plus tendu et énergique. On retrouve en effet un jeu des guitares plus syncopé, allant à l'essentiel, et une voix plus poussée que l'on connait de CASTLES.

Que ce soit sur ces titres pleins de puissance ou sur les compostions plus surprenantes, la section rythmique apporte un groove qui lie l'ensemble. Aussi bien sur les tempos rapides que lents, Wim joue avec un style qui se veut sans esbroufe mais minutieux. De son côté le jeu de Vincent livre la rondeur nécessaire pour équilibrer les guitares plus incisives ou pour capitonner les passages plus modérés.

Auteur d'un premier EP en 2014, SUPERGENIUS qu'on aurait pu simplement ranger aux côtés de QUICKSAND, tient à explorer ses penchants plus Indie et Pop. Cela ne passe pas sans une certaine surprise, à la fois déconcertante et bienvenue. Si l'énergie est une matière pleinement maîtrisée par les membres de SUPERGENIUS, les accalmies proposées par la formation affichent plus de possibilités d'évolution pour un tel pédigrée. Il reste toutefois à espérer que le titre de l'album ne soit pas le reflet de l'état de ces musiciens car les deux champs explorés par SUPERGENIUS sont indispensables à la pérennité de l'intérêt suscité.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
7

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE