Chronique

ALL FOR NOTHING
Minds Awake Hearts Alive

image
Redfield Records

13 titres - 30 minutes
Sorti le 07-04-2017


image
Lundi 12 juin 2017

On aime bien All For Nothing. On a toujours bien aimé All For Nothing. Cela fait près de 10 ans qu’on chronique leurs sorties et qu’on ne crache jamais sur une opportunité de les revoir sur scène à l’un ou l’autre festival. All For Nothing, ça a toujours été le groupe qui ne déçoit pas, qui frappe là où ça fait mal et qui maîtrise son sujet. Le groupe parfait pour assurer le support de l’une ou l’autre grosse tête d’affiche.
 
Pour la sortie de What Lies Within Us nous avions déjà souligné l’impressionnante évolution du groupe et son efficacité en toutes situations. Mais si ceci a déjà été évoqué pour What Lies Within Us il y a trois ans, que dire aujourd’hui de Minds Awake / Hearts Alive ? Remain Defiant tape dur et vite dès les premières secondes de l’album. Un hardcore rapide, certes convenu mais diablement efficace. Outre le son qui s’est considérablement amélioré par rapport aux précédentes sorties du groupe, on remarque que pour la première fois, les mélodies restent immédiatement en tête. Oui, les mélodies car en plus de la déferlante rythmique, c’est par cet aspect que All For Nothing se distingue sur cet album. Le refrain du morceau-titre, Minds Awake Hearts Alive, nous permet de tout comprendre : le groupe est parvenu à garder son énergie et son identité tout en y ajoutant un ingrédient de poids. Vous savez, quand on dit parfois d’un groupe qu’il défonce tout, que ça envoie du bois et qu’ils sont « à ça » (faites mine de joindre votre index et votre pouce en laissant un écart d’environ 5 millimètres) d’avoir sorti l’album de l’année. Et cet ingrédient porte un nom : le SONGWRITING. Oui. All For Nothing, qui pouvait déjà parfaitement nous balancer un hardcore puissant et rentre-dedans, est maintenant capable d’écrire des p**ain de tubes.

Si les paroles ne brillent pas par leur originalité, leur message est clair, simple et direct. Avec des punchlines comme « Giving up is never an option » ou « Just remember… Those who quit never win ! », All For Nothing semble vouloir jouer la carte de la PMA (Positive Mental Attitude) et redonner de l’énergie à tous avec plus d’efficacité que certains coachs sportifs. En tout cas, on ne réfléchit pas longtemps avant de comprendre quelles seront les paroles qui seront scandées à plein poumons par le public lors des prochains concerts.

Clairement, le peu de changement de rythmes et l’absence d’artifices comme les interludes auraient pu rendre Minds Awake Hearts Alive lassant. Mais l’album garde son efficacité grâce à la légèreté et l’accessibilité de ses morceaux. Le côté mélo est poussé en avant sur des morceaux comme At First Sight et Far From Home, qui font partie des meilleurs morceaux de l’album.

Sur la fin de l’album, le morceau The End révèle à lui seul le talon d’Achille de l’album : une construction parfois trop simple et des paroles vite fait bien fait.

Oui, Minds Awake Hearts Alive est sans doute le meilleur album de All For Nothing à ce jour. En attaquant un hardcore réduit à son plus simple appareil de manière totalement assumée, All For Nothing parvient à développer une musique poussée dans la qualité à défaut d’originalité.


Tags : hardcore upfront netherlands
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
5
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE