Chronique

HAVOK
Conformicide

image
Century Media

10 titres - 57 minutes
Sorti le 10-03-2017


image
Lundi 17 juillet 2017

Pour beaucoup, Havok est l’exemple à suivre en matière de revival Thrash moderne technique (rayez la mention inutile). Energie, lyrics engagés, emprunts à d’autres styles, et surtout une certaine attitude old school au service d’un songwriting moderne. De quoi assurer un joli succès d’estime aux albums Unnatural Selection (2013) et Time Is Up (2011), souvent cités parmi les meilleurs de leur genre lors des référendums annuels et assurant à Havok une place de choix dans la myriade de groupes inspirés des 80’s et qui continuent à pulluler de nos jours.

Mais quatre années se sont déjà écoulées depuis Unnatural Selection, et, si le groupe en a effectivement profité pour tourner à en avoir la nausée, l’écoute de Conformicide laisse surtout à penser que les petits gars ont avant tout profité de ce temps long pour peaufiner encore davantage leur son jusqu’à faire de cet album probablement leur meilleur travail, mais aussi le plus compliqué à assimiler.

Cette fois, Havok semble avoir cherché à tirer au maximum les caractéristiques les plus excentriques, voire progressives, de ses influences, afin d’alimenter son style vénéré en créativité, lui qui se risque trop souvent au sur place, voire au retour vers le futur permanent. En résulte un album qui réussit à maintenir l’agressivité première du Thrash tout en faisant montre d’une créativité certaine et d’un effort notable sur le songwriting, par petites touches bien distillées.

Ainsi, si on reconnait sans problème le Havok cogneur que l’on connait bien (Hang ’Em High), on est avant tout frappé par l’ambition d’un Ingsoc ou d’un Masterplan et surtout par la basse de Nick Schendzielos (Job for a Cowboy), ambitieuse, dominante et véritable marque de fabrique de cet album (F.P.C.). Un album également dominé par les vocaux de David Sanchez, de plus en plus décrit – à raison - comme un hybride de Tom Araya (Slayer) et Dave Mustaine (Megadeth).

Pour toutes ces raisons, Conformicide constitue un album passionnant à écouter mais fortement exigeant, qui pose naturellement la question du chemin que prendra Havok par la suite. De notre côté, on a tendance à penser qu’après avoir posé de telles bases progressives, Havok n’a plus que se laisser envoler.



Tags : Thrash, technique, revival
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
1

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE