Chronique

BACKTRACK
Bad To My World

image
Bridge Nine Records

10 titres - 20min
Sorti le 17-11-2017


image
Mardi 21 novembre 2017

Lorsque l’on demande l’exemple type du groupe de hardcore américain, Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
est l’un de ceux qui conviennent au mieux. Morceaux courts, riffs offensifs et breaks propres, mais surtout adaptés à toute la gymnastique du milieu.

Ces 5 Américains de Long Island ne font pas non plus dans le mou au niveau de leurs prestations. Fort de son frontman James Vitalo, Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
a toujours su comment faire éclater des mosh-pit avec un grand M ! Voyons donc ce que Bad To My World, 3ème disque (+ quelques EP avec aussi).

Avec 10 morceaux bouclés sur 20 minutes, il faut faire dans l’efficace. Après une très courte intro instrumentale, on entame de suite War. Même si on n’aura pas de breakdown ultra violent comme le titre le suggère, on peut de suite écouter que le quintet n’est pas là pour rigoler. Les morceaux s’enchaînent sans soucis et on admire ce hardcore bien construit. Un chant moins présent, qui ne laisse aucune place au hasard, des parties instrumentales avec des transitions sans artifices, musicalement ça fait mouche.

Force est de constater la cohérence et régularité de Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
depuis leur signature chez Bridge Nine Records avec Lost In Life. Un fil rouge toujours conservé à l’identique depuis Darker Half, le premier album du groupe.
Une différence à noter est lorsque l’on compare audititivement les morceaux des 3 disques. Cette fois, on sent quelque chose d’un rien plus lisse comparer au côté encore un peu « DIY » des opus précédents. Et pour une fois : tant mieux ! Car les niveaux et compo sont mieux dosées, et rendent la chose plus pro et digeste sur CD.

On n’a pas fait dans le compliqué ici encore, mélodiquement les chansons passent naturellement : aucun élément ne se trouve à un mauvais endroit. Difficile de cerner les points forts et faibles tant la cohérence générale est forte. Bien que l’ensemble soit sans faille, on peut encore lui trouver des points forts. On notera alors, pour dire qu’on sort des morceaux du lot, Bad To My World ainsi que Cold Blooded.

Au final, Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
ne se réinvente pas, car il n’en a pas besoin. Il ne fait pas dans l’exceptionnel non plus. Il fait dans le simple et ultra efficace, dans le carré ; et c’est cette méthode qui rend ce groupe si puissant. Au final les Américains de Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
auront fait dans le chirurgical avec Bad To My World.




Tags : Backtrack - hardcore - USA
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
7
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE