Chronique

FITZ ROY
Drops

image
Autoproduction

9 pistes / 30 minutes
Sorti le 31-10-2018


image
Mercredi 31 octobre 2018

Les premiers coups de batterie et les premières notes grasses de Peep me plongent instantanément vingt-cinq ans en arrière. Vingt-cinq ans. Ceux qui ont connu les heures de gloire de la scène grunge ont définitivement atteint l'âge qu'avaient nos parents quand ils nous disaient « Ecoute. Ecoute ça. ÇA c’est de la musique! » et qu'on les trouvait ringards. On reprend leur rôle aujourd'hui en parsemant l'écoute de Drops de ponctuels « C’était quand même du bon son » et de « Ça me rappelle - insérer ici le nom du groupe grunge local de votre village - en 92 à la Maison des Jeunes ».

Peep ouvre donc cet album de jolie manière mais à l'écoute du solide bloc de tubes qui le suit, il fait plutôt figure d'intro étendue. Car Way Out, qu'on a pu découvrir en single quelques semaines avant la sortie de Drops, ajoute une dimension de profondeur et d'intensité à la musique du groupe. Sommes-nous toujours dans le grunge purement 90s ? Il serait sans doute plus valorisant d'ajouter que le groupe a pu se parer des influences actuelles pour créer une nouvelle entité musicale jusqu'alors inexplorée. Mais Fitz Roy
Fitz Roy


Clique pour voir la fiche du groupe
fait volontairement le choix de se poser là, comme bloqué dans l'espace-temps auquel il rend hommage.

Mais revenons sur ce bloc Way Out - Animal - Back Off, triptyque des singles sortis par le groupe au cours des quelques derniers mois et qui couvre la première moitié de cet album (ou presque). Car tant qu'à rendre hommage à une scène, autant bien le faire. Et si Way Out montre une facette introspective du groupe avec un refrain déchirant et parfaitement amené, Animal révèle un Fitz Roy
Fitz Roy


Clique pour voir la fiche du groupe
à l'attitude plus détachée, blasée. La voix de François Chandelle s'identifie par un timbre rauque et granuleux qui colle parfaitement avec la musique du groupe, similaire dans les sonorités au son gras des guitares des deux frères.

Là où le groupe est le plus efficace, c'est clairement sur les passages et titres pêchus précités. C'est sur son approche plus low-tempo et ambiancée que le groupe peut parfois pousser le truc trop loin : la voix granuleuse peut devenir grinçante sur In A Bag, jusqu'à nous empêcher de profiter du très bon Loreen ; pourtant un excellent titre en l'écoutant isolé du reste de l'album.

Un excès de gimmicks qui n'est heureusement pas fatal puisque le groupe apporte un vent de fraîcheur en fin d'album avec Tina et le punkisant Church qui nous rappelle qu'à la base, le grunge puisait ses profondes influences dans le punk.

Drops sort de nulle part et nous présente un Fitz Roy
Fitz Roy


Clique pour voir la fiche du groupe
dont l'univers est pleinement assumé, capable de pondre des pépites aux mélodies imparables et aux ambiances touchantes d'intensité. On peut sans trop de risque mettre cette petite perte de rythme du milieu de l'album sur la jeunesse du groupe, puisque l'album a été enregistré début 2017, soit moins d'un an après la formation du groupe. Nul doute qu'avec l'expérience de scène et de répètes et l'unification du groupe au cours des deux dernières années, Fitz Roy
Fitz Roy


Clique pour voir la fiche du groupe
a encore un sacré potentiel à développer et nous balancer très prochainement !



Tags : brussels 90s rock
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE