Chronique

UNEARTH
Extinctions

image
Century Media Records

10 pistes - 37 min.
Sorti le 23-11-2018


image
Mercredi 12 décembre 2018

L’année 2018 version metalcore aura été marquée par plusieurs retours consécutifs à de longues périodes d'absence : As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
, Bleed from Within
Bleed from Within


Clique pour voir la fiche du groupe
, Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
etc. Pour un genre dont la fin est annoncée à intervalle régulier, c’est plutôt flatteur. Si on y ajoute l’accession récente d’un groupe qui joue du metalcore en tongs -Parkway Drive
Parkway Drive


Clique pour voir la fiche du groupe
- au statut de tête d’affiche des festivals estivaux, le metalcore peut même se targuer d’avoir le vent en poupe.

Depuis le premier album The Stings Of Conscience (2001), Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
a mené sa barque en se démarquant de ses semblables principalement par la brutalité omniprésente sur l’ensemble de leurs productions. Sur l’échiquier du metalcore, vous pouvez mettre à un extrême les groupes mielleux -tout le monde salue Asking Alexandria
Asking Alexandria


Clique pour voir la fiche du groupe
ou The Amity Affliction
The Amity Affliction


Clique pour voir la fiche du groupe
- et à l’autre extrême, seul sur son île déserte, Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
. Le descriptif est légèrement caricatural, mais il est indéniable qu’Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
est le porte-étendard du metalcore brutal. Après avoir disparu des radars durant quelque temps, le collectif né dans l’Etat du Massachusetts débarque sans coup férir avec Extinctions (2018), septième album à inscrire à leur tableau de chasse, pour clôturer l’année en force.

Epaulé par Will Putney –Body Count
Body Count


Clique pour voir la fiche du groupe
, Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder


Clique pour voir la fiche du groupe
, Pig Destroyer
Pig Destroyer


Clique pour voir la fiche du groupe
etc.- en charge de la production du nouveau né, le groupe n’est visiblement toujours pas près à réaliser des concessions pour adoucir sa musique. La production est au top, inutile de s’étendre plus longtemps sur le sujet.

Les bostonnais nous offre leur vision d’un monde en phase de désintégration, comme l’illustre le visuel d’Extinctions. Même en mordant la poussière –Dust ou Cultivation of Infection, ils se tiennent debout en cherchant une échappatoire qui leur est propre –Survivalist, et clôture le voyage par une explosion sonore enveloppée de cris puissants –One With the Sun. L'album s'inscrit dans le présent et trouve une caisse de résonance dans les débats récurrents sur les changements climatiques et leurs impacts sur la survie de la terre.

Au-delà de la force brutale qu’on retrouve à l’accoutumée sur leurs productions, Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
reste fidèle à la recette qui a fait sa renommée en incluant de nombreux breakdowns. Ces derniers, dont la technicité n’a d’égal que la diversité affichée, calment en quelques sortes la déferlante de violence qui s’abat sur l’auditeur, avant de repartir de plus belle, tout en donnant du corps aux compositions –Dust en est la parfaite illustration. Les riffs, qui cumulent technique, rapidité d’exécution et variation, sont monstrueux et ne manqueront pas de vous marquer.

Revers de la médaille, la structure des pistes demeure prévisible. On assiste à une alternance constante entre breakdowns et parties mélodiques. A défaut d’être originales, ces structures dont l’efficacité n’est plus à démontrer plairont aux fans du groupe. Ces derniers remarqueront néanmoins sur plusieurs titres l’absence d’éléments de death metal qui assurent l’effet de saleté, de gras si particulier à Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
 ; c’est notamment le cas avec The Hung Begins ou Hard Lined Downfall.

Avec Extinctions, Unearth
Unearth


Clique pour voir la fiche du groupe
a décidé d’assurer le fan-service et de se faire plaisir. Les personnes allergiques au metalcore teinté de sonorités claires seront sous le charme tandis que les autres sont invités à passer leur chemin. Nous, de notre côté, nous profitons de cette plongée dans le monde de la violence et des breakdowns conçus pour se déboiter les cervicales.


Tags : Unearth - Extinctions - Metalcore - Massachusetts
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
4
AUTEUR : Renaud
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasio...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il ...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE