Chronique

CALLEJON
Hartgeld Im Club

image
Century Media Records

13 pistes - 45 min.
Sorti le 04-01-2019


image
Mercredi 9 janvier 2019

Callejon
Callejon


Clique pour voir la fiche du groupe
n’est pas le titre du film qui vous a tant émoustillé durant votre adolescence à l’occasion lors de sa diffusion en soirée sur M6, mais un groupe originaire de Düsseldorf (Allemagne) fondé en 2002. Embarqué dans la mouvance du metalcore des années 2000, il a néanmoins fallu attendre la sortie de Videodrom (2010) pour qu’ils commencent à remporter un relatif succès commercial dans leur pays natal, avant de passer un cap supplémentaire avec Blitzkreuz (2012) qui a atteint la neuvième place du classement des ventes en Allemagne. Il n’a jamais été question de succès commercial en dehors des contrées teutonnes, malgré certaines productions qui valent le détour.

Hartgeld in Club (2019) fait suite à Fandigo (2017), dont le côté mélodique et le consensualisme nous laisse encore un goût amer dans la bouche ; l’époque de Zombieactionhauptquartier (2008) avec son metalcore à la rapidité d’exécution à faire pâlir les adaptes de thrash metal semble révolue.

Après Man Spricht Deutsch (2013) consacré à la reprise façon Callejon
Callejon


Clique pour voir la fiche du groupe
de titres encrés dans la culture germanique, le collectif remet l’ouvrage sur le métier avec onze reprises de rap d’origine allemande version « metalcore ». Le mélange des genres s’illustre avec le visuel représentant un fan de rap embrassant langoureusement un metalleux ; nous supposons qu’il s’agit d’une tentative -grossière- de provoquer.

Avec Hartgeld Im Club, les allemands répondent aux sirènes du rapcore, genre décidément à la mode. Lorsque l’on réceptionne l’album, c’est la douche froide. Le problème majeur est que les titres promotionnels qui ont précédé la sortie représentent ce qu’ils proposent de mieux ; Arbeit nervt, sorte de pastiche du nu metal à la Limp Bizkit
Limp Bizkit


Clique pour voir la fiche du groupe
, sort néanmoins du lot. Le reste est d’un convenu qui vous donnera l’impression d’avoir déjà été entendu des dizaines de fois.

Le rapcore répétitif est agrémenté d’effets « électro » comme il vous est l’occasion d’en entendre à la pelle ces derniers temps, par exemple avec les titres Willst du -dont le style « hit fm » justifierait sa place sur Fandigo- ou Kids.



Hartgeld in Club forme un plat qui manque de piquant. Vraisemblablement, son ton impersonnel s’explique par le fait qu’il a été préparé dans une cuisine aseptisée. A ce manque de personnalité s’adjoint des choix artistiques dépourvus de subtilité. Des compositions musicales en passant par le visuel de l’album, tout semble avoir été réalisé par des personnes inélégantes rongées par la banalité qui est la leur. C’est à se demander ce qu’il est advenu de la créativité de Callejon
Callejon


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Il est compréhensible que les artistes évoluent et qu’ils ne souhaitent pas se cantonner à reproduire une musique semblable à travers le temps, mais en effectuant le grand écart à ce point, les allemands perdent grandement de leur intérêt.

Aux reprises s’ajoutent deux compostions nouvelles, Hartgeld im Club et Porn from Spain 3, qui remontent un tant soit peu le niveau. Le second, qui peut compter sur la présence d’Ice-T, associe énergie lourde et paroles ironiques ; on répondrait volontiers à son appel d’intégrer le mosh pit.

Hartgeld in Club s’inscrit dans le sillage de Fandigo avec sa mise à l’ombre d’un metalcore enragé au profit d’une musique proche des hits fm. Son manque de personnalité le rend indigeste et nous préférerons l’oublier au plus vite en l’attente d’un éventuelle retour aux sources pour Callejon
Callejon


Clique pour voir la fiche du groupe
. Circuler au plus vite, il n’y a rien à voir.


Tags : Callejon - Hartgeld Im Club - Metalcore - Germany
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
4
AUTEUR : Renaud
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasio...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il ...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE