Chronique

BORN FROM PAIN
True Love

image
Beatdown Hardwear

12 morceaux - 33 minutes
Sorti le 15-02-2019


image
Jeudi 7 février 2019

Certains groupes sont là depuis tellement longtemps, que tu ne t’attends plus à grand chose de leur part. Cela faisait quelques temps que je mettais Born From Pain
Born From Pain


Clique pour voir la fiche du groupe
dans cette catégorie, plus habitué au 3 premières années de leur carrière (à l’époque où le chanteur actuel était encore bassiste) qu’aux 18 suivantes (oui tu peux calculer tant que tu veux, mais le groupe a été fondé en 1997).

« Long time no see » me disais-je déjà en janvier 2018 en redécouvrant le groupe sur scène à l’affiche du Persistence Tour. Une pêche toujours présente et une scene-credibility méritée de la part du groupe néerlandais. Et c’est aujourd'hui son huitième album que le groupe nous présente, sous le titre trompeur de True Love. Trompeur car c’est toujours une haine qui se dégage de l’intro Glück Auf. Des thèmes très axés sur la rébellion et la face sombre de la société actuelle ; le premier véritable titre de cet album, Antitown (qu’on avait déjà pu découvrir fin 2018) décrit le déclin de la ville d’origine du groupe, Heerlen.

Le groupe avance à l’aise dans son style de prédilection et assure. Pourtant, c’est par l’originalité de la suite de cet album que True Love va gagner son intérêt. Des guests bien placés (Chris de TRC
TRC


Clique pour voir la fiche du groupe
sur l’excellent et groovy New Beginnings et Freddy de Madball
Madball


Clique pour voir la fiche du groupe
sur le brûlot Bombs Away) donnent un souffle d’air frais à l’album alors que sur le morceau-titre, True Love, le groupe ralentit le tempo pour un titre certes plus posé et réfléchi, mais qui gagnera assurément une place de choix sur les setlists du groupe.

Born From Pain
Born From Pain


Clique pour voir la fiche du groupe
explore, se metallise même sur End Of The Line, qui me rappelle Slayer
Slayer


Clique pour voir la fiche du groupe
dans sa période la plus sous-estimée (1994 - Divine Intervention). Premier single de l’album sorti voici déjà plus d’un an, Rebirth est le single imparable de l’album, mais pas forcément celui qui lui donne sa qualité. Born From Pain
Born From Pain


Clique pour voir la fiche du groupe
applique sur ce titre ce qu’il a fait de mieux jusqu’à présent. Mais ce qu’il fait de mieux aujourd'hui, c’est justement se diversifier et oser sortir du carcan dans lequel trop de groupes hardcore s’enferment.

Une bonne surprise qu’on n’attendait pas forcément ici, la preuve qu’un groupe avec une solide expérience peut encore se réinventer, se remettre en question et revenir plus inspiré encore.



Tags : heerlen hardcore
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE