Chronique

DEAD WITCHES
The Final Exorcism

image
Heavy Psych Sounds

40'45''
Sorti le 22-02-2019


image
Samedi 16 février 2019

Is someone there?, peut-on entendre au loin d’une voix plaintive, entre deux shhh qui intiment de se taire. L’ambiance est glauque, humide et pesante. Un riff seul, deux coups de cymbale et s’abat d’un coup le Stoner psychédélique ronronnant de Dead Witches
Dead Witches


Clique pour voir la fiche du groupe
. Quiconque aura déjà jeté une oreille aux morceaux d’Electric Wizard
Electric Wizard


Clique pour voir la fiche du groupe
ne pourra faire que le rapprochement. En effet, derrière les fûts trône Mark Greening, le batteur des premiers jours du groupe anglais. Chez Electric Wizard
Electric Wizard


Clique pour voir la fiche du groupe
, Il y restera dix ans, avant de faire un court come-back de 2012 à 2014, pour finalement être viré de la formation. Quelques années plus tard, il forme Dead Witches
Dead Witches


Clique pour voir la fiche du groupe
et The Final Exorcism est ici son second album. Outre la ressemblance sonore, le band pousse les similitudes en empruntant le même genre de typographie présent sur la pochette l'opus, ces lettres rondes et étirées qu’on dirait déformées par la lourdeur des riffs. Typiquement issu de l’univers psychédélique. Au moins, pas question de tromper l’auditeur ou l’auditrice, vous savez où vous mettez les pieds.

Ce nouvel LP, c’est aussi l’arrivée de Soozi Chameleone au chant. Et sans tourner autour du pot, c’est son entrée dans la formation qui permet à The Final Exorcism de garder la tête hors de l’eau d’un bouillon déjà entendu. Sa voix légèrement criarde, qu’on imagine revendicative et ce qu’il faut de rebelle, propulse un vent de fraîcheur sur les compositions. Mais un vent qui entraîne dans son sillage une poignée de grains de sable, rendant les morceaux ce qu’il faut de crasseux, parfois grinçants mais surtout spontanés. Certaines envolées vocales sont à la limite du juste, un flirt avec les frontières qui offre fréquemment la possibilité de sortir de l’ornière.

The Final Exorcism, ce sont six titres (si on retire l’intro) de ronronnements bien lourds, entrecoupés d’un plutôt surprenant When Do The Dead See The Sun, espèce de litanie psyché servant d’intermède. Vous l’aurez compris, les amateurs et amatrices du Wizard devraient y trouver leur compte, prolongeant ce qui a déjà pu se faire auparavant. Les autres n’y décèleront pas une grande originalité. Mais qu’importe, du moment qu’on se fait plaisir?




Tags : stoner psyché psychédélique dead witches mark greening
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
4
AUTEUR : Sekhorium
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près ...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouve...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musica...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE