Chronique

IN FLAMES
I, the Mask

image
Nuclear Blast

12 pistes - 50 min.
Sorti le 01-03-2019


image
Mercredi 27 février 2019

Porter le poids de la responsabilité d’être un pionner, celui qui ouvre la voie à tant d’autres, est une charge qui peut s’avérer écrasante. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer le fardeau qui pèse en permanence sur les épaules d’In Flames
In Flames


Clique pour voir la fiche du groupe
. Demander à une personne de la vingtaine avancée ou à un trentenaire dont les goûts musicaux sont apparentés de près ou de loin au métal quel groupe lui a mis le pied à l’étrier et vous verrez qu’In Flames
In Flames


Clique pour voir la fiche du groupe
sera souvent cité. Pour le meilleur mais surtout pour le pire, à tout le moins pour le groupe.

Cet héritage du passé a été un frein important à l’adhésion des fans aux changements amorcés avec Siren Charms (2014) puis Battles (2016), qui s’ouvrent à un public moins sélectif dans ses attentes musicales mais plus nombreux. Le son est lisse, exempt des aspérités qui ont jalonné jusqu’alors la carrière des suédois, Anders Fridén utilise de moins en moins son growl et les chœurs sont travaillés de manière à enlever une couche d’extrême. Pourtant, avec la sortie du titre promotionnel I am Above, un feu follet s’est mis à briller au loin. I, the Mask (2019) a pour tâche de transformer cette lueur d’espoir qui a commencé à naître au travers des Jesterheads de la première heure en un immense brasier jouissif.

I, the Mask est le fruit d’un compromis : il s’engage à ne pas renier la nouvelle direction empruntée par In Flames
In Flames


Clique pour voir la fiche du groupe
, tout en proposant concomitamment un retour au source du death metal mélodique qui a contribué à nous ravir. En cela, l’album est un succès total.



Les paroles « Wasting what is mine, For a voice that’s calling » ou « I’m on my knees, Feel like you’ve forgotten me » du titre éponyme laissent peu de doute quant à l’état d’esprit d’Anders. A n’en pas douter, l’appel du pied du chanteur recevra un écho majoritairement positif. Le vent du passé souffle en permanence et apportera du réconfort aux Jesterheads perdus par les dernières productions. Le son a été travaillé de façon à donner l’apparence d’une continuité avec le passé, d’une rupture moins brutale que les deux précédents opus. Nous prenons le pari que la plupart des Jesterheads s’en contenteront, voire crierons au retour du génie d’antan.

Au risque de nager à contre-courant, nous n’avons pas totalement adhéré à I, the Mask qui nous laisse un goût amer d’inachevé. A notre désespoir, il n’est pas question de death metal mélodique au growl marqué ; on se rapproche fortement d’une franche du metalcore sans breakdowns ou de Verkligheten par Soilwork
Soilwork


Clique pour voir la fiche du groupe
, à savoir d’une ouverture -trop- conséquente à un large public qui dénature l’essence de la musique qui a contribué à la renommée du collectif. Les riffs et harmonies des lignes de guitares sont mélodiques, mais la lourdeur du death metal est reléguée aux oubliettes.



Le son serait davantage plaisant s’il n’était pas déformé par des chœurs qui paraissent ne pas être en phase avec les parties instrumentales. La lourdeur de ces dernières est édulcorée par ces chœurs qui résonnent de façon trop légère. L’excellent Voices prouve pourtant qu’In Flames
In Flames


Clique pour voir la fiche du groupe
pourrait nous proposer un meilleur équilibre avec un chant plus sombre.

I, the Mask est un album honnête d’un point de vue qualitatif, qui pourtant dérange par le sentiment diffus qu’In Flames
In Flames


Clique pour voir la fiche du groupe
emballe le nouveau courant musical auquel il a adhéré dans un enrobage de death metal mélodique trop ténu à notre goût. Celui qui s’arrête à la surface du met concocté par les suédois sera ravi, tandis que le poile à gratter qui décompose le plat pour analyser ses aliments restera sur sa faim. Le succès commercial sera probablement au rendez-vous, tout comme notre frustration d’avoir entre les mains un album incapable de s’affirmer.


Tags : In Flames - I, the Mask - Death metal mélodique - Jesterhead
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
8
AUTEUR : Renaud
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasio...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il ...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE