Chronique

HISPYN
Alföldy's Theory

image
Autoproduction

3 pistes - 18min
Sorti le 19-01-2019


image
Lundi 4 mars 2019

Tant le nom du groupe, que l’album, sonnent de manière glaciale et venteuse. C’est normal, Hispÿn
Hispÿn


Clique pour voir la fiche du groupe
est un trio de doom, tout droit venu des froides contrées belges de Charleroi. 3 morceaux : une outro de 2min30 précédée de deux titres entre 7 et 8 minutes. Il est préférable d’aborder la tracklist sous cette forme car les morceaux se dissocient entre eux. La première chose remarquable est la qualité sonore, pour leur démarrage, les trois membres de Hispÿn
Hispÿn


Clique pour voir la fiche du groupe
ont fait cela très proprement. Outre les guitares grasses et distordues de ce sous-genre musical, les voix murmurées ou chuchotées apportent une ambiance glaciale à cet ours en peluche que l’on pourrait penser hanté.

Alfödy’s Theory fait référence aux théories du même nom, concernant l’histoire sociale et religieuse de l’Empire Romain, par Géza Alföldy ( à lire si vous voulez plus de détails dessus). Le thème chaotique et de la période de déclin se prête bien à ce sludge-doom assez intuitif mais réflexif. On ne se limite pas à trouver le bon effet de pédale, Hispÿn
Hispÿn


Clique pour voir la fiche du groupe
a préféré s’enfoncer dans le lyrique. Le trio tire en longueur naturellement par les variations d’aigus ou de guttural, comme des ombres criantes derrière ce masque trouble. On souhaiterait encore voir évoluer chaque morceau, malgré leur longueur on en redemande. Bon signe donc, pour une première apparition musicale, qui on l’espère méritera une scénographie adaptée en live.

Hispÿn
Hispÿn


Clique pour voir la fiche du groupe
s’est forgé une identité musicale tout comme graphique sur ce 3ème projet, leur doom est arrivé à maturation, le travail a été minutieux par l’attention donnée dans les 2 pistes principales du projet. L’outro laisse même un goût de trop peu là où l’on voudrait entendre des riffs plus saignants avant un coup final qui sonnerait la fin de Rome.
Ils ont pris le temps de faire macérer ce doom bien gras et visqueux. Conclusion : le résultat y est, sous un premier type de format assez long et langoureux ou la tension coule inexorablement vers vous. Le trio carolo peut se targuer ici de s’avancer sur la scène metal belge avec un projet de qualité que à voir lugubrement en concert.






Tags : sludge - doom - Charleroi - Belgique
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE