Chronique

RADAR MEN FROM THE MOON
The Bestial Light

image
Fuzz Club

8 morceaux
Sorti le 08-05-2020


image
Samedi 23 mai 2020

The Bestial Light (2020), sorti le 8 mai chez Fuzz Club , et le dernier opus de Radar Men From the Moon
Radar Men From the Moon


Clique pour voir la fiche du groupe
. Il marque un tournant punk indus à leur catalogue déjà très fourni, et c'est un bonheur pour les oreilles.
Radar Men from the Moon
Radar Men from the Moon


Clique pour voir la fiche du groupe
nous vient de Eindhoven et est composé de Gleen Peeters à la guitare, Tony Lathouwers à la batterie, Titus Verkuijlen à la basse et de Bram van Zuijlen à la guitare et au synthé. Pour The Bestial Light (2020), ils ont été rejoints par un deuxième batteur ; Joep Schmitz et par Harm Neidig à la voix et au saxophone.
La formule est gagnante ; un mélange équilibré de Gnod
Gnod


Clique pour voir la fiche du groupe
, Godflesh
Godflesh


Clique pour voir la fiche du groupe
, des Swans
Swans


Clique pour voir la fiche du groupe
. La voix se fait expérimentale, les batteries sont joyeuses, la basse groovy et les guitares stridentes. Le saxophone vient élever le tout et donne à l'album des allures de post-punk industriel.

The Bestial Light (2020) commence avec Breeding qui nous impose une basse lourde et une voix agréablement posée. Nous sentons les influences directes de Godflesh
Godflesh


Clique pour voir la fiche du groupe
. C'est une très bonne madeleine de Proust.
S'ensuit Piss Christ, morceau très groovy et très primitif. Les paroles sont virulentes et l'intensité monte petit à petit. Nous sentons presque une boule de feu dans notre ventre.
Sacred Cunt of the Universe nous fait directement penser aux Swans
Swans


Clique pour voir la fiche du groupe
, avec une construction très familière. Un rythme répétitif se plante, nous hypnotise presque et vient se poser dessus un saxophone aérien et mélodieux.
Le morceau suivant, Eden in Reverse, est l'enfant (il)légitime de Godflesh
Godflesh


Clique pour voir la fiche du groupe
et de Zu
Zu


Clique pour voir la fiche du groupe
. L'instru franche et incisive nous fait bouger la tête, et la voix éraillée et viscérale nous donne envie de bouger le reste du corps.
Le morceau éponyme est sûrement le plus « cru ». Comme un premier jet, une expression nue. Selon le groupe, les chansons traitent de l'instinct de la race humaine, des désirs individuels, de la volonté et de la transgression. The Bestial Light affirme cette direction. Nous sommes plongés au milieu de notre condition humaine et les guitares imitent les sauts de l'âme.
Vient ensuite Self qui remplit ma jauge de groove. La basse est invitante, les voix sont répétitives et transcendantales. Sûrement le morceau le plus explosif de l'album. C'est une invitation à l'amour de soi. Et ça marche.
La chanson suivante, Pleasure, suit logiquement la trame. Le début est plus franc, très indus. Le rythme est sensuel, voire sexuel. C'est l'orgasme de l'album.
Nous finissons cette histoire avec Levelling Dust. Le titre est très bien choisi, car le morceau illustre parfaitement la poussière qui s'accumule. La voix est feutrée, l'instru très punk. Nous pouvons fermer le livre.

Après être passés par le space-rock, la techno industrielle, le drone avant-garde, le groupe multi-facettes nous invite à une nouvelle ère. Les morceaux sont extrêmement bien construits, en montée constante. The Bestial Light (2020) est un album dissonant, punk, industriel, noise et très bien maîtrisé. Comme le titre l'indique, c'est une album qui traite de la condition humaine et de l'instinct premier.


Merci.


Tags : #punk #indus #noise #godflesh #gnod
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Reshma Goolamy
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décén...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les con...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE