Chronique

OROCHEN
Thylacine

image
Suicide Records

Sorti le 18-09-2020


image
Lundi 14 septembre 2020

Les Suédois de OROCHEN
OROCHEN


Clique pour voir la fiche du groupe
sont plus un collectif qu’un groupe. Auteurs de déjà deux précédents EPs, le collectif a défini son cadre musicale de manière assez large afin d’éviter un enfermement dans un carcan trop retreint mais aussi de manière suffisamment précise histoire de ne pas s’éparpiller ou perdre ses auditeurs au fil des sorties.

Thylacine est donc le troisième EP d’une formation qui jongle avec des influences aussi larges que la Folk, l’Americana, l’Indie, le Sludge et le Post-Rock du début des années 2000.

A l’instar de sa pochette illustrée par le diable de Tasmanie, espèce disparue au 20ème siècle, OROCHEN
OROCHEN


Clique pour voir la fiche du groupe
interroge au fil de ses compositions ce monde dévoué au capitalisme. Comment, élevé au rang de religion, ce capitalisme exploite les ressources naturelles et aliène l’humanité.

C’est sur fond de ce background peu élogieux pour l’être humain et sombre, que OROCHEN
OROCHEN


Clique pour voir la fiche du groupe
avance dans ses compositions bien assises et un peu dans l’air du temps. Thylacine explore plus précisément les accents Rock de OROCHEN
OROCHEN


Clique pour voir la fiche du groupe
dans une version où la rythmique est bien mise en avant ainsi que cette atmosphère éthérée.

Ecrit en pleine période de Coronavirus, Thylacine a été mixé et masterisé par Karl Daniel Liden (CRIPPLED BLACK PHOENIX
CRIPPLED BLACK PHOENIX


Clique pour voir la fiche du groupe
, GREENLEAF
GREENLEAF


Clique pour voir la fiche du groupe
, BREACH
BREACH
Clique pour voir la fiche du groupe
). Avec cette basse bien ronde et ses couleurs grises, ce EP rappelle en partie ces influences post-industrielles qui ont baigné le début des années 80.

Comme visiblement OROCHEN
OROCHEN


Clique pour voir la fiche du groupe
ne souhaite pas s’enliser musicalement, le EP se clôture avec The Jonestown Deathtape, un titre qui ne se détourne pas de l’ambiance générale drainée mais qui, sur la forme s’éloigne et s’alourdit avec cette note plus Post-Metal et le featuring de Alex Stjemfelt (ex THE MOTH GATHERER
THE MOTH GATHERER


Clique pour voir la fiche du groupe
).

Le format du EP convient assez bien au projet. Il permet à la fois d’être dans un ton homogène au format et de s’aventurer dans des univers différents sans risquer l’incohérence totale. Thylacine profite largement de cet avantage et les compositions proposées sont très efficaces. Il serait dommage de négliger cet EP pour son format court.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE