Chronique

DEMONS
Privation

image
Spartan Records

10 titres / 33'
Sorti le 30-04-2021


image
Dimanche 7 novembre 2021

Dans la sphère d'influence des esprits musicaux, situer Demons
Demons


Clique pour voir la fiche du groupe
dans le punk agressif s'avérerait assez flou et restrictif. Si le sang de ce quatuor furieux de Norfolk (Virginie) coule en se revendiquant des circuits veineux parallèles à ceux de formations comme Metz
Metz


Clique pour voir la fiche du groupe
, Gulch, Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Propagandhi
Propagandhi


Clique pour voir la fiche du groupe
, ce qu'ils nous donnent à entendre sur ce deuxième album marche sur des pas qui mènent aussi à les rapprocher de ceux des vétérans Unsane
Unsane


Clique pour voir la fiche du groupe
et de la scène noise post-hardcore US des années 90, associée au label Amphetamine Reptile Records (AmRep). Parmi la vaste descendance actuelle, à travers cette pièce à l'allure d'attaque ciblée, Demons
Demons


Clique pour voir la fiche du groupe
se positionne parmi les formations s'évertuant pour la gratifier d'une nouvelle tournure excitante.

Quatre ans après Embrace Wolf, leur premier long effort, Privation se revêt d'épaisseurs bruyantes et de fureurs conflictuelles supplémentaires. Obsédantes même. Il est question d'un disque dans lequel le groupe évoque la perte, la privation et le manque dans son propre contexte personnel, culturel et politique. Il pourrait s'agir de cet aspect structurel d'une expérience vécue, que d'aucuns parmi nous associeront à  un paysage sociopolitique en spirale et à l'allure destructrice, convoquant l'auto-réflexion critique et la frustration.

Si l'introduction et le morceau d'ouverture concis prennent les allures d'une exécution efficace au son ronflant sans donner l'impression de s'écarter de terrains conquis, le suite nous donne carrément à rentrer dedans à coup d'arguments rock'n roll démoniaques et survitaminés. Cette énergie risque de vous ramener à la sensation de pénétrer un squat traversé par un noise rock frénétique sur fond de rythmique punk jouissive. Toujours sur le fil du rasoir, la suite nous réserve un défouloir efficace entre post-hardcore et noise rock, entre rage et puissance.



Chez Demons
Demons


Clique pour voir la fiche du groupe
, l'intérêt réside dans la conception de morceaux chargés de rebondissements sonores destinés à maintenir auditrices et auditeurs sur leurs gardes. Et à qui il n'en faudra guère plus pour en redemander. Comme si cette ambiance désolée, alimentée par l'incertitude et la frustration, s'exprimait avec une énergie sous-tendue par l'espoir d'une meilleure condition. Avis aux amateurs sensibles à l'équilibre de la partition, mention spéciale aux deux guitaristes/chanteurs qui convoquent autant d'émotions, entre voix et jeu de guitare dans leur propre style distinctif, pour s'harmoniser admirablement. Combinés à la basse omniprésente, rampante et réactive à la frappe du batteur, vous obtenez un assemblage d'énergie brute, amalgamée à des vibrations colorées qui vous extirpent de l'ombre des ténèbres.

Amateurs de punk et hardcore, si vous avez un peu plus d'une demi-heure et le désir de vous plonger dans un bouillonnement de colère, frustration et fureur, soutenu par une tonalité d'indignation noise rock, il y a des chances que Privation vous absorbe pour vous emmener dans un espace réinvesti par de nouvelles secousses vitales.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Luc
D'abord ancré sur la scène metal/hardcore/punk DIY de la fin des années 90 et début du millénaire depuis le sud de la Belgique, Luc n'a depuis lo...
D'abord ancré sur la scène metal/hardcore/punk DIY de la fin des années 90 et début du millénaire depuis le sud de la Belgique, Luc n'a depuis lors plus quitté les scènes underground et leurs abords, à des moments et degrés divers que ce soit en tant que chanteur (N.C.I.D., Atomic Leaf, Ogoun, Kalel, Barbus), spectateur ou ami actif pour p...
D'abord ancré sur la scène metal/hardcore/punk DIY de la fin des années 90 et début du millénaire depuis le sud de la Belgique, Luc n'a depuis lors plus quitté les scènes underground et leurs abords, à des moments et degrés divers que ce soit en tant que chanteur (N.C.I.D., Atomic Leaf, Ogoun, Kalel, Barbus), spectateur ou ami actif pour plusieurs organisations. Avec un parcours professionnel dans le secteur jeunesse et d'autres implications associativ...
D'abord ancré sur la scène metal/hardcore/punk DIY de la fin des années 90 et début du millénaire depuis le sud de la Belgique, Luc n'a depuis lors plus quitté les scènes underground et leurs abords, à des moments et degrés divers que ce soit en tant que chanteur (N.C.I.D., Atomic Leaf, Ogoun, Kalel, Barbus), spectateur ou ami actif pour plusieurs organisations. Avec un parcours professionnel dans le secteur jeunesse et d'autres implications associatives aux alentours de l'Ardenne belge où il vit toujours, son arrivée dans l'équipe ...
D'abord ancré sur la scène metal/hardcore/punk DIY de la fin des années 90 et début du millénaire depuis le sud de la Belgique, Luc n'a depuis lors plus quitté les scènes underground et leurs abords, à des moments et degrés divers que ce soit en tant que chanteur (N.C.I.D., Atomic Leaf, Ogoun, Kalel, Barbus), spectateur ou ami actif pour plusieurs organisations. Avec un parcours professionnel dans le secteur jeunesse et d'autres implications associatives aux alentours de l'Ardenne belge où il vit toujours, son arrivée dans l'équipe en 2021 fait écho à ce qu'il continue de considérer comme une histoire infinie de rencontres, l'oreille curieuse et s...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE