Chronique

ACRANIUS
Mercy Denied

image
autoproduit

10 titres // 35 minutes
Sorti le 04-02-2022


image
Samedi 16 avril 2022

5 ans ! C'est le temps qu'il a fallu à Acranius
Acranius


Clique pour voir la fiche du groupe
pour enfin sortir son quatrième album Mercy Denied. Formé à  Rostock en 2009, le groupe produit jusqu'ici un Brutal Death Metal gorgé de breakdowns efficaces. Leur dernier méfait en date, Reign of Terror sorti en 2017, est une petite pépite dans le genre. Seulement, depuis sa parution, un grand nombre de changements ont transformé la formation.

En effet, Acranius
Acranius


Clique pour voir la fiche du groupe
s'est agrandi en 2020 avec l'ajout d'un deuxième chanteur nommé Marcus Jasak (ex-Science of Sleep
Science of Sleep
Clique pour voir la fiche du groupe
), cela permet ainsi d'avoir une palette vocale plus large. De plus, même s'ils sont toujours affiliés à  Rising Nemesis Records , leur envie d'indépendance les a poussés à produire ce nouvel album par eux-mêmes. Dès lors, les questions que l'on est en droit de se poser sont les suivantes : ces nouveautés apportent-elles un plus ? Et surtout, vont-elles enfin permettre au groupe de s'élever dans la scène ?

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps, la réponse est clairement affirmative. Entièrement composé et produit par le guitariste Björn Frommberger, Mercy Denied s'éloigne légèrement de ses racines Brutal Death pour nous proposer un Slamming Deathcore diablement addictif. La combinaison des registres vocaux des deux chanteurs se marie à la perfection, même si on remarque directement que Marcus Jasak est plus présent que son homologue. Cela s'explique sans doute par le fait qu'Acranius
Acranius


Clique pour voir la fiche du groupe
ait voulu présenter son nouveau membre.

La production est bien plus lisse que par le passé et montre que le groupe s'est amélioré sur ce point. Concernant les compositions, leur point fort est indéniablement les breakdowns. Ceux-ci sont taillés pour le live et il me tarde d'aller les expérimenter dans un pit prochainement. Les Allemands ont également allongé leur liste de contact en ramenant sur le titre Ruthless, Cameron Argon alias Big Chocolate. Ce featuring n'apporte pas grand-chose à part peut-être de se faire un peu de pub.

A l'image de son magnifique artwork signé Eliran Kantor, Mercy Denied est une franche réussite. Le groupe excelle dans cette nouvelle orientation musicale et Marcus Jasak apporte du sang frais. Les chansons sont hyper efficaces et retourneront n'importe quelle salle dans un futur proche.


Tags : Slamming Deathcore
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Maxime
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, du...
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la...
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE