Chronique

NEEDLESS
The Cosmic Cauldron

image
Uprising! Records

10 titres // 57 minutes
Sorti le 07-01-2022


image
Dimanche 15 mai 2022

Il est vrai qu’on ne connaît que trop peu (voir presque pas) la scène Metal hongroise. Mis à part Ektomorf
Ektomorf


Clique pour voir la fiche du groupe
, Thy Catafalque
Thy Catafalque


Clique pour voir la fiche du groupe
et à la limite Tormentor pour les plus connaisseurs, il est ardu de citer d’autres groupes. Pareil pour les artistes où le seul nom qui revient à chaque fois est Attila Csihar, chanteur de la formation norvégienne Mayhem
Mayhem


Clique pour voir la fiche du groupe
(et accessoirement passé par Tormentor). Pourtant, le pays regorge de pépites qui mériteraient d’avoir davantage de reconnaissance. C’est ainsi que complètement par hasard sur Bandcamp, je suis tombé nez à nez sur le dernier album de Needless
Needless


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Formé dans le petit village de Dánszentmiklós, non loin de Budapest en 2004, le groupe a sorti jusqu’ici un EP en 2015 et un premier album en 2019 nommé Heresy. Needless
Needless


Clique pour voir la fiche du groupe
, qui officie dans un mélange de Thrash, de Death et de Black Metal ; poursuit son évolution avec la sortie, au début de cette année, de leur deuxième long format : The Cosmic Cauldron. Rien qu’à la lecture de ce titre et à la vue de sa pochette, on sait que l’on se trouve face à une imagerie spatiale. L’album s’ouvre avec Warvoid A.D. qui nous balance directement un message d’alerte. Celui-ci nous annonce que nous sommes en pleine guerre galactique et qu’en tant que pilote, nous devons défendre la planète Terre.

Tout au long de l’album, à l’image d’un champ de bataille, on est assiégé par ce tempo de batterie ultra rapide et par des mélodies nous rappelant des tirs de vaisseaux. Le jeu de guitare est l’un des points forts de The Cosmic Cauldron avec des soli très efficaces et une variété de riffs permettant de ne pas s’ennuyer. Un autre atout est la performance vocale d’Ádám Forczek qui utilise une large palette passant d’un scream plus Black Metal à un growl davantage Death. Ils se marient à la perfection. Nous retrouvons même du chant clair, notamment sur Planet Oblivion qui détonne également par sa facette plus lente et calme. Transgalactic de son côté, offre, grâce à une construction bien ficelée, un véritable voyage musical à travers une dernière bataille vers la victoire finale.

Needless
Needless


Clique pour voir la fiche du groupe
a donc sorti un deuxième album sympathique. L’atmosphère générale, rappelant une guerre spatiale, ne nous quitte pas une seule seconde et pourrait être la bande son de n’importe quel film de science-fiction (comportant quand même des bagarres dans l’espace). Même s’il tire par moments en longueur, il offre un condensé de Metal extrême de qualité.



Tags : Thrash Metal Death Metal Black Metal
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Maxime
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, du...
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la...
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE