Chronique

BLOODYWOOD
Rakshak

image
Autoproduction

10 titres // 47 minutes
Sorti le 16-02-2022


image
Dimanche 15 mai 2022

Formé en 2016 à New Delhi, Bloodywood
Bloodywood


Clique pour voir la fiche du groupe
est l’attraction phare du moment. Il faut dire que dans l’univers Metal, les groupes venant d’Inde ne courent pas les rues. Ou du moins, ils arrivent rarement jusqu’à chez nous. C’est après avoir commencé par des covers, plus ou moins réussies, sur Youtube et l’engouement de leurs fans que la formation se lance dans la confection de leurs propres titres. Ces morceaux vont connaitre un petit succès lors de leur parution tout au long de l’année 2019. Ceux-ci seront d’ailleurs vendus, dans un premier temps, comme étant du « Indian Street Metal » ou encore du « Indian Folk Metal ». Grâce à cette visibilité gagnée, Bloodywood
Bloodywood


Clique pour voir la fiche du groupe
a même l’honneur de fouler la scène du Wacken Open Air cette même année. La suite logique à cette évolution est la sortie d’un premier vrai album. Et justement, cet évènement a eu lieu le 18 février avec Rakshak.

Bloodywood
Bloodywood


Clique pour voir la fiche du groupe
évolue dans un style plutôt spécial mêlant une fondation Nu Metal très présente avec des éléments de musique folklorique indienne (comme le dohol par exemple), tout en les combinant avec des breaks venant du Metalcore. Bref, un mélange assez surprenant mais qui, comme vous allez le voir, marche plutôt bien. Chaque chanson à sa spécificité et cela rend l’écoute vraiment agréable. Aaj est, sans conteste, le tube de l’album. Sa construction crescendo apporte un grand nombre de surprises. On retrouve ainsi des touches électroniques, un refrain entêtant, un solo de flûte ou encore des chœurs féminins. Dana-Dan de son côté, comporte un break presque « meshugghesque » accompagné d’une voix planante. Même des titres plus calmes comme Zanjeero Se et Jee Veerey passent très bien grâce à leurs refrains qu’on chanterait même sans connaitre les paroles.

Une grande force de Rakshak est l’association des deux chanteurs qui évoluent chacun dans un registre bien différent. En effet, l’un produit des paroles rappées en anglais quand l’autre pousse le scream et les parties chantées en hindi. Les deux sont complémentaires et prodiguent une plus grande diversité. Le groupe arrive aussi à ne pas tomber dans une redite concernant son Nu Metal et donne sa propre interprétation du genre. Les ajouts de sonorités indiennes aidant beaucoup à se démarquer.

On peut reprocher à l’album de ne pas vraiment surprendre car la plupart des chansons étaient déjà parues. Puis, les deux derniers titres sonnent comme du remplissage. Sinon pour le reste, c’est un sans-faute. Bloodywood
Bloodywood


Clique pour voir la fiche du groupe
marque donc un énorme coup avec ce premier long format de grande qualité et s’avance comme l’une des formations à suivre ces prochaines années.



Tags : Nu Metal
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Maxime
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, du...
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la...
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....
A la recherche d'un stage pour ses études en musicologie, Maxime, fervent lecteur de chroniques, décide de briser le 4ème mur en s’immisçant, durant quelque temps, dans le rôle de rédacteur. Son parcours le mène à trouver refuge au sein de l'équipe. Fan de breakdown et de pit bien énervé, il aura grand plaisir à te faire découvrir la scène Core (et bien plus) sous toutes ses formes....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE