Interview

THE GREAT OLD ONES

"J’ai lu l’affaire Charles Dexterward à 11 ans, ce fut un grand moment de peur..."


Mardi 1 mai 2012

Benjamin, tu as initié le projet seul en 2009.  Aujourd'hui, THE GREAT OLD ONES est devenu un groupe et sort son premier album.  Comment s'est passée la rencontre avec les autres membres et le choix de ces derniers ?

B : Je connaissais Jeff  (guitare) parce que nous sommes amis et que nous répétions dans le même local. Jeff a vu mon annonce et a tout de suite été intéressé par le projet. De son côté, il connaissait Léo
(batterie)  qui a accepté. Pour Xavier et Seb, cela s’est passé par annonces. Nous avons vite répété et l’osmose s’est produite.





Les compositions sont signées de THE GREAT OLD ONES, tandis que les textes de Benjamin (Guerry).  Le groupe a donc bien participé à l'écriture de la musique de l'album ?

B : J’ai composé presque la totalité de l’album sauf Jonas qui a été composé à 3, Xavier, Jeff et moi-même, ainsi que le solo de rue d'auseil, composé par Jeff, sans parler des petits arrangements, où nous avons tous participé.



Vous avez clairement adopté l'univers de H.P. Lovecraft et le monde de Cthulhu pour vous inspirer dans votre musique.  Qu'est-ce qui vous séduit chez cet auteur et ses textes ?

B : Nous sommes tous intéressés par la littérature fantastique en général. Lovecraft est une source d’inspiration, de part la diversité de ses personnages et des lieux dans lesquels ils évoluent.
Jeff : J’ai lu l’affaire Charles Dexterward à 11 ans, ce fut un grand moment de peur et en même temps de fascination. Toute cette sorcellerie, ces livres anciens, cette époque me fascinent ; il y a peu de temps, j’ai relu cet ouvrage et j’ai retrouvé les mêmes sensations. D’ailleurs, cet auteur m’a beaucoup influencé au niveau artistique (j’ai réalisé la pochette qui est totalement en adéquation entre notre musique et son œuvre).





Al Azif, le nom de votre album fait référence au Necronomicon, mythique livre dans les histoires de H.P. Lovecraft.  Certains pensent qu'il existe réellement et qu'il a donc inspiré Lovecraft lui-même.
Qu'en pensez-vous ?  Vous êtes vous déjà perdu dans la bibliothèque du British Museum à sa recherche ?


Jeff : Pourquoi, il n’existe pas ??? Plus sérieusement, Lovecraft a fait de nombreuses recherches sur les mythologies, les dieux anciens, les religions en général. Le Necronomicon est un amalgame de toute la noirceur de ces thèmes, après à savoir s’il existe réellement, nul ne le sait. J’ai lu sur certains sites que le Vatican détenait ce livre, cela serait vraiment incroyable que Lovecraft fut admis et ait pu s’accaparer un livre soi-disant gardé et vieux de mille ans. En tout cas, s’il existe vraiment, je veux bien en lire quelques pages.
Je suis déjà allé au British Museum il y a quelques années, leur bibliothèque est gigantesque. J’ai pu voir des partitions de Beethoven, de Litz et d’autres auteurs. Il est vrai qu’avec tous ces livres et parchemins, je me suis demandé si au cours de ma visite, je tomberais sur des livres interdits. Mais à mon avis, s’il y en a au British, ils sont bien gardés vu le nombre de vigiles au m2.



Vu les différentes références au mythe de Cthulhu que vous avez apportées à votre album, on peut supposer que cet univers se retrouvera tout au long de vos compositions à venir ...
Envisagez-vous quand même d'intégrer d'autres univers ou d'autres propos qui
ne sont pas liés à H.P. Lovecraft ?


B : Pour le moment, nous avons encore beaucoup de choses à dire sur ce thème mais pourquoi pas, dans le futur, s’essayer à d’autres auteurs ? Mais, pour le moment, ce n’est pas d’actualités.





Revenons à votre musique.  Votre style est qualifié de Black Métal Atmosphérique.  Je trouve que votre musique est moins froide que le style habituel.  Elle possède son lot d'émotions qui lui ouvre de nouveaux horizons... qu'en pensez-vous ?

B : Nous sommes d’accord avec toi. Nous pensons que cela vient de la diversité du groupe. Nous écoutons énormément de styles différents et vu notre ouverture musicale, notre musique est empreinte de sensations qui nous fait vibrer tant dans notre corps que dans notre âme.



Pour votre album, vous avez choisi Cyrille Gachet, un Bordelais comme vous, qui a déjà travaillé pour YEAR OF NO LIGHT.  Ce choix trouve une logique aisée.  Pour le Mastering, vous êtes allé plus loin et avez choisi de travailler avec Alan Douches.  Outre sa renommée, pourriez-vous nous
expliquer ce choix ?


B : Premièrement, il a à son actif des groupes énormes Converge, Mastodon, The Dillinger escape plan et deuxièmement, son travail de Mastering, est parfait. Rien de plus à ajouter.





L'avenir proche de THE GREAT OLD ONES sera consacré aux concerts je suppose. Est-ce que le groupe a l'intention de jouer intensivement ou plutôt de
manière limitée suite à des agendas peut-être pas toujours évident à combiner ?  Je pense par exemple à Jeff Grimal qui est aussi impliqué dans le dessin et qui signe par ailleurs l'artwork de l'album.


B : Nous avons l’intention de faire le plus de concerts possibles mais tout de même de trier pour avoir les meilleures dates.
Jeff : Je suis énormément impliqué dans l’Art, mais cela me laisse quand même du temps pour THE GREAT OLD ONES. Ma motivation est toujours au rendez-vous.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
10

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE