Interview

MADBALL

Mercredi 3 avril 2013

Salut Mitts ! Merci pour l'interview. Comment vas-tu ? La tournée se finit ce soir, comment ça s'est passé ?

Super bien, merci ! La tournée était géniale. C'était sur la tournée la plus dense et la plus énorme, parmi les 4 Rebellion Tour. Les autres années, on se souvenait toujours d'un ou deux concerts qui étaient vraiment au-dessus du lot mais cette fois-ci, non. C'était dingue tous les soirs, sans exception !

J'espère que ce soir ne fera pas exception ! Justement, qui a eu l'idée de créer ce Rebellion Tour ?

C'est une idée de Freddy (ndlr. le chanteur du groupe). Il en avait aussi parlé avec Scott de Terror et quelques autres amis. Essayer de se regrouper sur une tournée. C'est essentiellement Freddy qui choisit les groupes avec les bookers.

Et toi, est-ce que tu as à l'esprit un line-up "parfait" ?

Un line-up parfait ? J'espère que chaque année, on peut dire que c'est un line-up parfait ! On essaye de varier un maximum, on n'a jamais deux fois le même groupe sur la tournée. Exception faite cette année-ci, pour la première, car Terror était déjà venu sur le Rebellion Tour. Ainsi que The Setup, des Belges justement, qui étaient déjà présents en 2010 aussi. On essaye en tout cas d'avoir tous les ans une affiche de qualité.

Sick Of It All, H2O, Pro-Pain, Madball... il y a toujours eu une forte présence de groupes hardcore reconnus à New-York. Qu'est-ce que tu en penses ? C'est une peu une grande famille, non ?

C'est vrai que le hardcore s'est beaucoup développé là-bas. Mais dans les années '90, d'autres grandes villes avaient aussi beaucoup de groupes hardcores comme Boston, Washington DC, en Californie... etc. Il y a aussi Agnostic Front qui vient de New York mais certains comme Hatebreed viennent d'ailleurs aux USA (ndlr. du Connecticut dans leur cas). Murphy's Law aussi. Et je pense qu'il continue à y avoir beaucoup de bons groupes là-bas.



En parlant de Pro-Pain, tu savais que leur nouveau batteur était belge ?

Ah non, du tout. Je ne suis pas très proche de ce groupe-là.

Votre dernier album est sorti en 2010 et vous avez sorti un EP l'an dernier. Un nouvel album est en préparation ? Qu'est-ce qu'on peut attendre d'un nouveau disque ?

Oui, on est en train de travailler là-dessus en ce moment et on espère qu'on pourra le sortir d'ici la fin de l'année. Ce sera du Madball tu sais. On n'a jamais vraiment cherché à expérimenter des sons ou autres choses. On fait simplement ce qu'on aime, ce qu'on a envie. Evidemment, on cherche toujours à aller plus loin dans notre style, à apporter un peu de fraîcheur. Tu peux t'attendre à ce qu'on a toujours fait : ce sera puissant, ce sera du pure hardcore, ce sera groovy ! Et dans tout ça, on essayera d'ajouter quelques nouveaux sons. On a tous pas mal d'idées.

Et en 25 ans, le groupe a tout de même assez évolué. Qu'est-ce que tu penses de la progression musicale de Madball ?

Au départ, c'était du hardcore très teinté punk-rock un peu garage. Et puis, l'arrivée de Hoya (ndlr. bassiste) a apporté de nouvelles influences metal dans nos compositions. Aujourd'hui, grâce aux nouvelles technologies, on sait rapidement faire un album qui sonne très très professionnel. Les premiers EP's du groupe avaient une qualité de son plutôt médiocre. Maintenant, on sait les faire sonner aussi bien que l'on veut donc évidemment, ça compte pour beaucoup dans l'évolution d'un groupe.

Tu parles de l'évolution technologique. Que penses-tu de l'évolution musicale de la scène hardcore ? Est-ce que ces nouvelles technologies ont un fort impact là-dessus ?

Un mot pour résumer ça : Internet ! Comme je le disais tantôt, le hardcore était connu seulement dans les grandes villes comme New York ou Boston. Mais c'est fini cette situation. Dorénavant, où tu veux et quand tu veux, tu peux aller sur le net chercher des informations sur un groupe ou en découvrir un. Tu peux écouter depuis les USA un groupe qui est en Australie par exemple. Avant, pour avoir des informations, tu étais obligé de lire des magazines, d'aller en concert pour découvrir le groupe. Maintenant, tout ce que tu veux est sur Google. Dans les 90's, tu n'aurais jamais entendu parler d'un petit groupe européen si tu étais aux Etats-Unis. Internet a permis de répandre la musique à travers le monde, y compris le hardcore.

Et une dernière question : il y a-t-il un groupe avec lequel tu rêverais de tourner ?

Un rêve ? Ce serait de tourner avec Motörhead ! Même s'il y a aussi d'autres grands groupes avec qui je rêverais encore de jouer. Là, par exemple, on revient du Soundwave Festival en Australie où Metallica était en tête d'affiche. Il y avait 60 groupes je pense mais je pourrai dire que Madball était un de ceux-là. L'an dernier, c'était Iron Maiden en tête d'affiche au même festival. Si je pouvais dire que j'ai tourné avec eux, ce serait vraiment pas mal.

J'espère pour toi que tu en auras l'occasion et que Madball existera aussi longtemps qu'eux ! Merci beaucoup pour ton temps et à très bientôt en Belgique !

J'adore jouer donc plus longtemps ça durera, mieux ce sera. Et que les gens continuent à soutenir les groupes car on en a besoin. Profite bien du concert ce soir et à bientôt !

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
13

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE