Interview

DEAD LORD

Adam Lindmark : ''un groupe comme WASP représente énormément pour moi''


Vendredi 16 septembre 2016

Avant le début de leur tournée européenne ''Melt Your Face'' qui débutera fin septembre, avec notamment un passage par Liège et Anvers, nous avons tendu le micro au batteur Adam Lindmark, l'un des tauliers rock n'roll du groupe suédois Dead Lord. Inutil de dire que cet interview a été une grosse distribution de ''Melt in our face''.





Salut Adam, peux-tu présenter chaque membre de Dead Lord ?

Dead Lord est composé de Hakim Krim qui met le feu à la guitare et au chant, Olle Hedenström l'autre guitare, Martin Nordin fait retentir le tonnerre à la basse et moi-même, Adam Lindmark à la batterie et percussions.

Comment s'est créé Dead Lord ?

On a commencé quand Hakim a déménagé de Växjö (sud de la Suède) à Stockholm. Il en avait marre de son ancien groupe et cherchait à créer quelque chose de nouveau : Dead Lord.

Il a appelé des tauliers du rock n’roll qu'il connaissait déjà de tournées et festivals dont Olle, qui lui avait promis un appartement et un job à Stockholm mais qu’il n'a jamais reçu. Il m'a aussi convaincu de rejoindre le groupe, même si à l'époque j'avais déjà trois groupes.

Mais nous sommes reconnaissance qu'il nous a réunis car après 1 an, on avait déjà sorti un 7inch et puis notre premier album “Dead Lord” qui a été acclamé par la critique.




Votre musique nous rappelle les années 70, on pense directement à Thin Lizzy mais pourrais-tu nous parler de vos idoles et inspirations de cette période ?

Dead Lord a clairement ses racines dans les années 70, mais notre inspiration vient de beaucoup plus de choses que cela. Je dirais que nos groupes favoris des années 70 sont AC/DC, Blue Öyster Cult, Scorpions,... je pourrais continuer longtemps encore tellement la liste est longue.




Mais le heavy metal des années 80 a joué un grand rôle dans Dead Lord. Un groupe comme WASP représente énormément pour moi ! Mais en plus de ces influences que tu as entendues directement, on a aussi été vraiment inspiré par des groupes comme Entombed ou même Bruce Springsteen.

Avez-vous déjà partagé la scène avec Horisont ou Duel? Peut-on dire que vous appartenez à la même scène ?

Je ne sais pas trop pour Duel, mais Horisont est un de nos groupes préférés en ce moment ! Tous les albums qu’ils ont pondus sont terribles. C’est difficile de dire s’il y a une scène, mais c’est clair qu’il y a beaucoup de très bons groupes suédois qui font de la musique très dynamique.

Et ça fait plaisir de voir que les groupes suédois sont bien considérés. Mais on est souvent en tournée du coup c’est dur de dire qu’il y a vraiment une scène. Je pense que c’est une impression que ressent le public.

Vous serez en tournée à partir de la fin septembre pour la première fois en tant que headliner. Que peut-on attendre d’un show des Dead Lord ?

Oui et nous sommes vraiment très excités par cette tournée. On a pas mal tourné depuis la sortie de notre album « Head Held High » en août 2015, mais c’est la première tournée où nous sommes tête d’affiche, donc il faut marquer le coup et faire les choses à notre manière. Et puis nous sommes très contents du line-up car avec Night Viper et Lizzies, ça promet d’être plutôt cool.

Comme toujours avec les concerts des Dead Lord, vous pouvez vous attendre à vous ramasser une belle claque. On partage la même philosophie que des groupes tels que Kiss ou BÖC, ce type de rock’n roll show n’est pas seulement un ensemble de musiciens qui jouent leurs instruments. C’est bien plus que cela, ça va te prendre les tripes et te faire gueuler ‘YEAHHHH’, tu dois venir voir par toi-même, ça ne s’explique pas.




Vous jouerez deux dates en Belgique, une à Liège et une autre à Anvers, connaissez-vous ces villes ?

On a déjà joué à Anvers durant une tournée avec Audrey Horne. C’était un super show, et les fans belges étaient totalement dedans. Je me souviens de ce jour, parce que c’était le jour de la sortie du nouvel album de Iron Maiden « The book of souls », donc je m’étais levé plus tôt pour aller en ville et m’acheter le disque. Un super album !

À La Zone à Liège, ce sera la première fois, mais c’est toujours cool de foutre l’ambiance dans de nouveau endroit pour nous.

Avez-vous un message pour vos fans belges ?

Ferme ta bande dessinée, arrête de manger ta boite de chocolat, ouvre ta bouteille de Duvel et viens à nos shows pour foutre le bordel.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
8
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE