Interview

NIHILISM

Interview du groupe français Nihilism


Mardi 16 juin 2020





Nihilism
Nihilism
Clique pour voir la fiche du groupe
est un groupe de Old Death Metal Français. Pour leur deuxième album. Ils ont choisi de nous montrer leur côté frontal, éhonté. Apocalyptic Fate (2019), sorti sur Great Dane Records , emprunte au old death metal les codes esthétiques, et au death metal actuel les sujets de controverse.
C’est un album engagé, assumé, mature. Les instrus sont éblouissantes et la voix tonitruante. L’album parle de la condition humaine,  les dérives de la société, en toute beauté. Cela fait du bien de pouvoir écouter un album avec autant de couches de pensées.
Pour avoir une vision nette de la volonté derrière cette œuvre, j’ai pu poser quelques questions au groupe.

Bonne lecture !




Hello !
Pouvez-vous présenter votre projet ?


Nous sommes un groupe français de Death Metal Old School créé en 2009. Nous sommes originaires de Moselle et nous avons sorti notre première démo Twelve Thousand en 2011 , puis un split album avec Dehumanize intitulé Something Old, Something New, Something Borrowed en 2014, avant le sortie de notre 1er album Beyond Redemption en 2016. Notre second album Apocalyptic Fate est sorti en novembre 2019 chez Great Dane Records .


Et votre album Apocalyptic Fate (2019)?

C’est notre 2ème album, sorti en novembre 2019 chez Great Dane Records . Nous avons voulu faire un album plus direct que le précédent. On voulait des morceaux « in your face ! » et orientés « live ». De ce point de vue, pour l'avoir joué en intégralité lors de la release party organisée pour la sortie de l'album, c'est une vraie réussite.

Quelle est votre méthode compositionnelle ?

En général Seb (guitariste) fait les premières maquettes. Les morceaux sont ensuite envoyés à chacun pour que chaque membre puisse y ajouter ou modifier ce qu’il souhaite. Les paroles sont écrites quand le morceau est terminé par moi seul ou avec l’aide de Seb ou Jules pour certains titres.

Comment s'inscrit-il dans votre carrière comparativement aux précédents?

C’est notre deuxième album après Beyond Redemption sorti en 2016. Nous sommes très fier du résultat, du son, des compos… Il est dans la suite logique du premier avec l’évolution que l’on a souhaité lui donner.

Quelle était l'intention de l'album ?

Comme sur le premier, on parle toujours de bêtises humaines, sauf qu’on avait plus de textes sur l’écologie avant. Sur Apocalyptic Fate on s’est recentrés sur l’humain même si la préservation de l’environnement est encore présente sur certains passages.


Il y a un côté très « détresse » dans Slaves of the Sacred Rites, et dans Akatheeb. Critique des perversions religieuses ?
Pourquoi ce texte en arabe ?


Oui parle de perversions religieuses, de la place faite à l’homme dans la plupart des religions en tant qu’être supérieur et qui du coup se comporte comme tel, même inconsciemment, dans sa vie de tous les jours. Mais nous ne visons pas spécialement la religion mais plutôt les religieux…

Pour ce qui est des paroles en arabe, nous avons eu le plaisir que James, le chanteur de Nervecell
Nervecell


Clique pour voir la fiche du groupe
(groupe de Doubaï), accepte de faire un featuring sur notre album et nous avions décidé d’écrire les paroles ensemble. James qui est syrien, nous a proposé d’écrire un passage en arabe et nous avons tout de suite accepté.

A wall est-elle une critique du traitement des réfugiés ?

OUI !!!
De la muraille de Chine au mur de Berlin, en passant par le mur d'Adrien, de tout temps et de façon cyclique, l'homme a bâti des murs physiques, politiques ou religieux. Il semble que de nos jours, une nouvelle frénésie de construction de murs frappe plusieurs pays...
Mais avec le recul, s'agit-il d'une démonstration de force ou d'un signe de déclin ?

Dans RIP, vous vous érigez en tant que figure divine. Et vous dites : « HATRED, THE ROOTS OF MY FAITH” ; Est-ce une chanson qui parle d'une discrimination, d'un sentiment de rejet dans lequel vous avez grandi ?

Aucune des paroles que j’écris n’est autobiographique. Pour R.I.P (Rest In Pieces), les paroles ont été écrites avec Seb (guitariste) et nous nous sommes mis dans la peau d’un terroriste dont l’environnement a fait qu’il devienne comme ça et qu’il passe à l’acte. D’où l’écriture à la première personne.


Le track éponyme traite de la fin de l'humanité : quelle est votre vision des choses sur le caractère éphémère de l'humanité ?

Je pense que nous sommes ici pour le temps d’une vie et qu’aucune croyance ne nous en octroiera une éternelle après notre mort. Nous faisons partie d’un écosystème où l’homme n’est pas un être supérieur mais fait partie d’un tout. Malheureusement certaines religions ont mis l’être humain sur ce piédestal, ce qui les rendent responsables de bien de problèmes que nous connaissons aujourd’hui… guerres, terrorisme, destruction de l’environnement…
A partir du moment où vous pensez que de toute façon, vous irez au paradis… tout est permis !


De manière générale, il y a un ton de « confrontation » dans ce nouvel opus. De quel cheminement de pensée vient-il ?

C’est toujours la même idée depuis le premier album : Comment l’homme peut continuer à faire autant de merde malgré tout ce qu’il sait !?



Quelle est l'importance de la foi pour vous? Et de l'after-life ?

Aucune. Pas d’after-life. Le paradis, on y est déjà ! Profitons-en !!!


A bunch of Bones est très personnel ; « AFTER MY CRY, I’M JUST A BUNCH OF BONES”, ce morceau parle-t-il de la misère de la condition humaine ? Et de notre mort ?

Là encore, je me suis encore mis dans la peau d’un autre terroriste (peu importe la religion) mais où ses actes ne serait pas dû à son environnement mais à son esprit, contrairement à ''R.I.P''. Mais la conclusion est la même… ''I NEVER MET GOD'' …'' I’M JUST A BUNCH OF BONES''


A qui vous adressez-vous dans ; An Impetuous Choice ? C'est une chanson qui a l'air très personnel, au sujet d'un deuil…

Oui. Il n’y a pas eu de deuil ma ça aurait pu. Sur ce morceau, nous avons invité comme souvent Julien du groupe Dehumanize. Il a écrit presque la totalité des paroles du morceau suite à un accident qu’il avait eu avec sa fille de 4 ou 5 ans au moment des faits et où la personne responsable avait fait un délit de fuite. Pour le coup, ce titre est autobiographique mais c’est grâce à une personne extérieure au groupe.


Merci

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Reshma Goolamy
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décén...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les con...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE