Interview

STAM

''J’ai commencé par la guitare électrique à 10 ans, quelque chose comme ça. Je n’ai pas arrêté depuis''


Samedi 6 février 2021

Malgré le fait qu’il se soit inspiré de groupes comme Slipknot
Slipknot


Clique pour voir la fiche du groupe
, System of A Down
System of A Down


Clique pour voir la fiche du groupe
, Trivium
Trivium


Clique pour voir la fiche du groupe
, Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon


Clique pour voir la fiche du groupe
, Stam
Stam
Clique pour voir la fiche du groupe
a su se démarquer, créer son propre univers du haut de ses dix-huit ans. A cet âge d’or, c’est peu fréquent de s’être déjà aussi bien trouvé artistiquement ainsi qu’avoir trois albums à son actif . Après ma chronique sur ce troisième album, DEM0S sorti à la mi-décembre dernier, j’ai voulu en savoir un peu plus sur tout l’univers et la pratique musicale de ce jeune français qui n’a pas la guitare dans sa poche.


Comment décrirais-tu Slow Charge et DEM0S  en quelques mots ? Et qu’est-ce qui les différencie le plus à tes yeux ?

Ils sont tout de même assez différents. Slow Charge est mon premier album, que j’ai sorti lorsque j’avais 16-17 ans. Je venais d’apprendre à scream. Je me suis directement rendu compte que j’avais envie d’écrire, composer des trucs et ensuite m’enregistrer pour faire écouter ce que je fais à mes influences. J’ai sorti un petit EP très rapidement qui était vachement basé sur mes influences, vu que je n’avais pas une grande expérience dans la composition. D’ailleurs on peut entendre dans quelques morceaux que c’est carrément puisé de Slipknot
Slipknot


Clique pour voir la fiche du groupe
, Trivium
Trivium


Clique pour voir la fiche du groupe
, etc. Ce sont des riffs modifiés à ma sauce alors que dans DEM0S, c’est un style beaucoup plus personnel.


Tu fais référence à de grands noms dans le metal… Où puises-tu tes autres inspirations ?  
J’ai la chance de faire partie d’une famille passionnée de musique, qui écoute absolument tous les styles musicaux. Je pense que ça peut d’ailleurs parfois s’entendre que je m’inspire du rap de temps en temps, de l’électronique, du blues, du rock… Dans tout ce que mes parents m’ont donné comme culture musicale. A l’heure actuelle, je découvre bien entendu des choses de mon côté et je me les approprie à ma façon.

Tu es un artiste polyvalent (compositeur, chanteur, guitariste, bassiste, batteur), comment t'y prends-tu pour enregistrer 4 instruments à la fois ?  Et surtout : comment et où as-tu appris tout ça ?
J’ai douze bras. *rires*
Plus sérieusement, je fais tout sur un logiciel (ProTools dans le dernier album), à côté de ça j’ai aussi acheté du matos (par exemple une carte son, guitare, un micro qui passent directement dans le logiciel et que je peux superposer). Le processus commence souvent par une idée qui me vient en tête de mélodie à la guitare, sur laquelle je vais ensuite caler un riff de batterie pour avoir déjà une bonne base, puis la basse. Finalement, les deux étapes suivantes sont souvent les paroles et l’écriture.






Combien de temps approximativement prends-tu pour finaliser un album ?
Ça dépend. DEM0S, j’ai mis à peu près un an pour le finir. J’avais déjà commencé à l’écrire quand mon 2ème album est sorti. Pour ce qui est des morceaux, ça dépend vraiment de l’inspiration… Ça peut prendre trois heures comme deux jours. Cependant, une fois que j’ai une idée globale ça peut aller très vite.

Y-a-t-il malgré tout un instrument que tu préfères à un autre ? Ou les mets-tu tous sur le même piédestal?
Forcément, je les aime tous. J’ai commencé par la guitare électrique à 10 ans, quelque chose comme ça. Je n’ai pas arrêté depuis, ce qui en fait mon instrument préféré et que je maîtrise le mieux. Pour ce qui est du chant, étant donné que j’étais fan de grands noms du rock comme Nirvana
Nirvana


Clique pour voir la fiche du groupe
, Foo Fighters
Foo Fighters


Clique pour voir la fiche du groupe
, Metallica
Metallica


Clique pour voir la fiche du groupe
, je chantonnais leurs morceaux un petit peu, juste comme ça. En toute honnêteté, le moment où j’ai réellement commencé à chanter c’est lorsque j’ai débuté les compos.

Est-ce qu’à partir du moment où tu t’es dit que t’allais créer un projet musical, était-ce prévu dès le départ de faire de l’alternatif ou t’avais l’attention de jouer un style plus « classique » ?
J’ai eu l’idée de jouer de l’alternatif un peu après les premières compos que j’ai écrites. Au début, j’étais vraiment dans le metal « classique » moderne en quelques sortes : gros riffs rapides avec que du scream, des refrains un peu mélodiques, mais il n’y avait pas du tout ce côté électronique. En fait, je n’avais pas l’intention d’aller vers l’alternatif parce que c’était quelque chose qui ne me plaisait pas forcément. Ca ne m’attirait pas trop. Puis après, je me suis ouvert en découvrant des groupes alternatifs comme Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon


Clique pour voir la fiche du groupe
et tous ces autres gars qui m’ont donné envie de faire ce genre-là.

Ca n’a donc pas toujours été dans tes plans de t’autoproduire ?
Non. A la base, je comptais juste fonder un petit groupe de covers avec mes potes, je ne pensais pas être capable de créer un projet tout seul. Mais pourquoi pas un jour faire partie d’un label si l’occasion se présente, je ne suis pas fermé aux opportunités si elles se présente. Je ne me dis pas forcément que j’aimerais continuer en autoproduction jusqu’à la fin, parce que de toute façon je ne sais même pas si un jour ça marchera. Si j’ai des propositions du genre, ça ne peut que m’aider à avoir de la visibilité.







Pourquoi ce choix d'autoproduction ? 
Là où j’habite, il n’y a pas grand monde qui est fan de ce genre de musique et qui en pratique. Je ne pouvais pas non plus me rendre dans des studios d’enregistrement, parce qu’il n’y en pas dans ma région. Ce qui fait que j’ai dû tout faire tout seul dans ma chambre, et ça a donné ces 3 albums.

Quel serait ton meilleur conseil aux artistes désireux de se lancer en autoproduction ?
Déjà, je conseillerais aux artistes de ma génération de s’autoproduire, pour la simple et bonne raison qu’on a tous un ordi, un Ipad, un téléphone. Tu peux tout faire tout seul, ce qui fait que si en commençant tu te fais tes idées personnelles et que t’évolues à ton rythme, je pense franchement que ce sera une des meilleures façons de découvrir la composition.
Comme dit précédemment, étant donné qu’on a normalement tous accès à Internet, il y a une base de ressources dessus énorme. Tellement de personnes sur YouTube proposent des tutos pour avancer, des techniques d’enregistrement, etc. On n’est pas obligé de prendre des cours, apprendre tout seul sur Internet est le meilleur conseil que je puisse donner... Au-delà bien sûr de la détermination : toujours aller au bout de ses projets, quels qu’ils soient.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Rosie
Ayant commencé son apprentissage musical avec le jazz et le blues, Rosie s’oriente aujourd’hui davantage vers la scène alternative dans sa globa...
Ayant commencé son apprentissage musical avec le jazz et le blues, Rosie s’oriente aujourd’hui davantage vers la scène alternative dans sa globalité. C’est en mars 2020 que son aventure démarre sur les chapeaux de roue : elle intègre un groupe de hard rock, ainsi que la rédaction d’un magazine musical. Désormais armée d'outils pour ...
Ayant commencé son apprentissage musical avec le jazz et le blues, Rosie s’oriente aujourd’hui davantage vers la scène alternative dans sa globalité. C’est en mars 2020 que son aventure démarre sur les chapeaux de roue : elle intègre un groupe de hard rock, ainsi que la rédaction d’un magazine musical. Désormais armée d'outils pour comprendre cet art plus en profondeur, elle se met à analyser tout ce qu’elle écoute, du rock psyché au black ...
Ayant commencé son apprentissage musical avec le jazz et le blues, Rosie s’oriente aujourd’hui davantage vers la scène alternative dans sa globalité. C’est en mars 2020 que son aventure démarre sur les chapeaux de roue : elle intègre un groupe de hard rock, ainsi que la rédaction d’un magazine musical. Désormais armée d'outils pour comprendre cet art plus en profondeur, elle se met à analyser tout ce qu’elle écoute, du rock psyché au black metal en passant par le sludge, trash, heavy, classic rock, grunge et j’en passe. M...
Ayant commencé son apprentissage musical avec le jazz et le blues, Rosie s’oriente aujourd’hui davantage vers la scène alternative dans sa globalité. C’est en mars 2020 que son aventure démarre sur les chapeaux de roue : elle intègre un groupe de hard rock, ainsi que la rédaction d’un magazine musical. Désormais armée d'outils pour comprendre cet art plus en profondeur, elle se met à analyser tout ce qu’elle écoute, du rock psyché au black metal en passant par le sludge, trash, heavy, classic rock, grunge et j’en passe. Mais après six mois de collaboration, elle quitte ce dit magazine pour embarquer à bord du navire Shoot Me Again !...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE