Interview

TWO-STAR HOTEL

Mardi 20 novembre 2007

Commençons par une petite introduction historique de TWO-STAR HOTEL
TWO-STAR HOTEL
Clique pour voir la fiche du groupe
et une présentation du groupe.


Fil Plastic : Oh la la quel parcours… Le groupe a commencé à exister en 2000, je pense. Avec Alain, Ben, Ben et Fa et puis avec un chanteur qui s’appelait… euh… ( ???)
Ben Van PVC : Je ne sais plus non plus… C’était avant toi !
Fil Plastic : Moi je suis venu rejoindre le groupe en 2002.
Ben Van PVC : Mais on a réellement commencé à prendre les choses plus sérieusement vers 2003, un an après l’arrivée de Fil, et a vraiment eu envie de composer des chansons entre rock’n’roll garage et Beat Disco et dansant. Depuis, on s’efforce de faire le maximum de concerts possibles. On a sorti le premier album, il y a deux ans qui était nommé Two-Star Hotel, éponyme donc. Puis on vient de sortir notre deuxième album, il y a quelques jours.
Fil Plastic : Sweat And Glitter.

Au niveau de votre parcours, j’ai l’impression que vous avez d’abord été reconnu en Allemagne avant la Wallonie.

Ben Van PVC : En fait, on a eu beaucoup de chance avec ça. On ne trouvait pas de label… De toute façon, il ne faut pas rêver, en Wallonie, il n’y a pas de label pour les groupes rock’n’roll qui ne font du pop-rock. On a commencé à chercher à l’étranger et puis on a vite trouver un label en Allemagne qui s’appelait Sounds Of Subterrania !. Notre premier album est sorti uniquement via ce label là. Après on a réussi a être distribué en Belgique par Bang ! Mais au départ, c’était un label allemand et on sortait notre disque en Allemagne. Maintenant pour ce qui est de la reconnaissance en Allemagne, on joue régulièrement là-bas mais dans des petits clubs. On est à un plus petit niveau en Allemagne qu’en Belgique quand même. Maintenant pour le deuxième, les choses ont changées puisque Jaune Orange, le collectif dont on faisait partie s’est mué en label depuis plus ou moins an et demi et nous avons sorti l’album de MY LITTLE CHEAP DICTAPHONE
MY LITTLE CHEAP DICTAPHONE


Clique pour voir la fiche du groupe
et de THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND
THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND


Clique pour voir la fiche du groupe
. Donc on est le troisième à sortir un disque sur Jaune Orange. Maintenant officiellement, on a un label en Belgique et un autre en Allemagne.

Avec une distribution Benelux ?

Ben Van PVC : Pour la Belgique c’est Bang ! et pour le reste du monde, c’est Cargo. Le label allemand gère le reste du monde et le label belge s’occupe uniquement de la Belgique.

Donc, vous êtes distribués en France ? J’ai vu qu’il y avait un contact booking français.

Fil Plastic : Normalement oui.
Ben Van PVC : C’est encore une fois un peu plus compliqué que cela. Si on l’achète en France, on pourra le recevoir mais comme un import via Cargo. Il n’est pas distribué en France en fait… Il est disponible comme import en France via la société Cargo qui est mondiale.
Fil Plastic : Oui, c’est une disponibilité.
Ben Van PVC : On a effectivement un booker en France mais qui a d’ailleurs du mal à cause de cette « distribution ». Il faut savoir que pour jouer dans un pays, il faut être distribué en règle générale pour atteindre certaines salles. Ou alors, on joue dans les clubs punk ou les petits clubs… ce qui est super aussi. Mais il y a très peu de travail de promotion qui est réalisé autour de ces concerts-là.



Vous faites donc partie du collectif Jaune Orange et l’album est sorti en Belgique via le label créé par Jaune Orange. Pour vous, c’était important de sortir l’album via ce label ou bien c’était l’opportunité qui se présentait parce que vous faites partie de la structure ? Si vous aviez eu une proposition d’un autre label belge, et donc le choix entre ce label et Jaune Orange, c’était plus important pour vous de rester sur le label Jaune Orange ?

Fil Plastic : Jaune Orange, ce sont aussi des amis. Ils sont de Liège, on est de la même ville, on se connaît tous un peu… Il me semble que c’était évident d’aller vers Jaune Orange. Mais cette question ne s’est pas posée. Directement, on avait ces connexions-là, on était avec eux et on avait déjà une espèce de parcours avec eux. La question d’un autre label sur la Belgique ne s’est même pas posée.

On continue avec Jaune Orange. De l’extérieur, on a un peu l’impression que Jaune Orange est en train de revenir à quelque chose de plus rock’n’roll. Il y a THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND
THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND


Clique pour voir la fiche du groupe
, SEASICK
SEASICK
Clique pour voir la fiche du groupe
, vous…


Ben Van PVC : THE ELECTRIC LADY BLUES BAND, un excellent groupe de garage qui vient de les rejoindre …

Dans les médias, on met peut être en avant HOLLYWOOD PORN STAR, on se rend compte aussi d’après l’histoire de Jaune Orange qu’il y a eu beaucoup de groupes très pop mais maintenant on a ce sentiment qu’il y a de plus en plus de groupes sur lesquels le collectif peut s’appuyer qui sont justement plus rock’n’roll. Vous avez aussi ce sentiment de l’intérieur ?

Ben Van PVC : Les groupes plus rock’n’roll sont des groupes qui sont plus liés à notre cercle d’amis.
Fil Plastic : Ça ne se limite pas à Jaune Orange cette espèce d’envie d’avoir du rock’n’roll autour de soi. Je crois que c’est partout pour le moment. C’est aussi une question de mode. C’est dans l’air du temps. Bref les groupes plus popinets sont mis de côté.

Sur ce deuxième album, Sweat And Glitter, il y a un clip vidéo Success. Vous pouvez nous en parler un peu ?

Fil Plastic : On a des amis… en fait, ils sont devenus des amis. C’est Images Fantômes (Benobo, Eve, Nico et Julia) qui a fait notre clip. On les avait rencontrés après un concert, je pense que c’était à Nandrin, ils nous aimaient bien et ils nous ont proposés de faire un clip pour TWO-STAR HOTEL
TWO-STAR HOTEL
Clique pour voir la fiche du groupe
. Ce sont des gens qui sont sortis de l’IAD (ou de l’INSAS) il y a quelques années.
Ben Van PVC : On a juste accepté. Ils nous ont proposés un scénario et le résultat était tellement bien qu’on l’a mis sur l’album malgré que ce soit un morceau du premier. C’est un petit bonus.
Fil Plastic : C’était chouette de proposer ça avec le disque.



On entend à votre musique qu’il y a toute une influence un peu disco et dansante. Mais au niveau des paroles et des thèmes, qu’en est-il ?

Ben Van PVC : Il faudrait presque parler morceau par morceau. On a des paroles plus rigolotes, un peu tournées sexuelles, …
Fil Plastic : Mais qui finalement font partie un peu de nous mais elles sont tournées en dérision. Ce sont des thèmes que tout le monde vit. Ce sont tout le temps les mêmes mais on essaye de les rendre un peu plus ironiques, de se moquer un peu de ce qui se passe tout en parlant de choses très sérieuses finalement qu’on vit tous de notre côté. Les choses de la vie. Les choses amusantes de la vie.
Ben Van PVC : Comme se lever le matin pour aller au travail…

Votre dernier titre de l’album s’intitule Be Your Dog. Y a t-il une référence ou un rapport avec le fameux titre d’IGGY POP AND THE STOOGES?

Fil Plastic : Comment ne pas faire une référence à ça quand il y a un DOG dans un morceau ! ?
Ben Van PVC : En fait, je crois qu’IGGY POP
IGGY POP


Clique pour voir la fiche du groupe
parle de se transformer en chien-esclave pour quelqu’un. Notre morceau, il parle d’un type qui se réveille le matin et qui se rend compte que tous les gens autour de lui ont une tête de chien jusqu’à ce que au fur et à mesure de la journée, ce soit lui-même qui devienne le chien. Et ça finit en aboiements.
Fil Plastic : Pas sur le disque… mais en concert on aboie.

TWO-STAR HOTEL
TWO-STAR HOTEL
Clique pour voir la fiche du groupe
a une grosse manie : celle de plastifier tout. Autant les noms que le style de musique … Elle vient d’où cette manie ?


Fil Plastic : On a acheté une « plastificateuse » un jour et depuis elle n’arrête pas de fonctionner. On ne sait plus l’arrêter. Un hommage à PLASTIC BERTRAND
Ben Van PVC : NON ! Le côté famille. On s’appelle tous Plastic sauf moi, puisqu’il y avait deux Ben. Je suis le cousin Van PVC qui vient de Flandres. Une peu comme les RAMONES
RAMONES
Clique pour voir la fiche du groupe
qui avaient tous le même nom famille, on a créé la Plastic Family. C’est d’ailleurs le nom de DJ de la plupart des membres de TWO-STAR HOTEL
TWO-STAR HOTEL
Clique pour voir la fiche du groupe
. On se sert de ça comme une petite référence au groupe.
Fil Plastic : Même dans l’organisation de concerts, Alain souvent, il utilise cette référence aussi. C’est chouette !



Vous avez encore une autre manie, les costumes de scène ! Vous en avez plusieurs. Quel est le concept là derrière ?

Ben Van PVC : C’est encore une fois pour donner ce côté famille. Le côté plastic, ça fait penser au travail à l’usine. Alors on s’est habillé tous pareils, de la même manière. Pas qu’on soit des fervents du travail à la chaîne. C’est pour son côté esthétique aussi.
Fil Plastic : On aimait bien ces groupes garage des années 60 qui étaient habillés tous pareils.
Ben Van PVC : On pense aux DEVO aussi.
Fil Plastic : Ces groupes qui véhiculaient une image comme ça un peu bizarre. Et puis ça collait bien avec le côté plastic.
Ben Van PVC : On a essayé d’associer image et son.
Fil Plastic : On a toujours trouvé chouette de voir des groupes qui avaient trouvé une espèce d’image comme si c’était un autre spectacle qui arrivait avec le concert. C’était marrant et rigolo. On se moquait un peu de nous aussi avec ces tenues même si on les aime beaucoup.
Ben Van PVC : La première fois que j’ai dû rentrer dans une combinaison moulante … j’ai failli quitter le groupe ! Ça m’a pris du temps.

Pour conclure, quels sont, selon vous, les points forts de cet album ?

Ben Van PVC : Il est plus cohérent que le premier. Le premier album en fait, c’était la compilation de nos démos sur trois ans. Donc ça partait un peu dans tous les sens. Il y a des morceaux sur le premier album qu’on ne jouera plus jamais live, alors que sur ce deuxième album, il n’y en a aucun qu’on nie dans l’immédiat.
Fil Plastic : A l’époque de cette compilation de démos, le groupe était encore jeune finalement. Ici, nous avons plus trouvé une espèce de cohérence entre ce qu’on avait tous envie de faire. C’est donc plus fort que le premier. Mais j’aime vraiment bien le premier album aussi. Voilà ce qu’on peut dire, avec aussi un son qui est toujours présent et des compositions qui sont directes.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE