Interview

QUIET

Dimanche 14 février 2010

Ne reprenons pas toute l’histoire détaillée de QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
, mais pourrais-tu nous présenter les membres actuels qui composent le groupe ?

Nicolas Noé est à la basse. C’est un de mes plus vieux potes avec qui j’ai commencé la musique et qui a pas mal bourlingué dans pas mal de projets différents. Il avait déjà fait des piges pour Quiet
Quiet
Clique pour voir la fiche du groupe
, il s’imposait ! Chris, lui, est notre jeunot (20 ans), il jouait dans un jeune groupe andennais, the Cold Storage, et a remplacé à la batterie Sebastien qui joue maintenant dans K-Branding
K-Branding
Clique pour voir la fiche du groupe
. A la gratte, c’est Jérôme Monet qui a repris tout naturellement sa place, nous avons des approches de la musique assez différentes mais elles se complètent assez bien et surtout, bien que ça passe parfois par des tensions, on se comprend facilement.



QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
cessait ses activités en 2004 en pleine ascension. Aujourd’hui, le groupe est de retour avec un album, son premier. Qu’est-ce qui a motivé la reformation du groupe ?

C’est difficile à dire. En gros, il y avait un manque dans ma vie, une perte de sens graduelle, et comme écrire pour Quiet
Quiet
Clique pour voir la fiche du groupe
m’a souvent soulagé, j’ai ressorti le vieux médoc, en quelque sorte. Et puis, l’ambiance et la vie de groupe me manquait aussi un peu, bien qu’en quelques années, j’ai l’impression que pas mal de choses ont changé.



C’était un peu dommage de s’arrêter en si bon chemin. Il y avait les retours du concours-circuit (en 2001, QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
a été finaliste du concours). On a un peu le sentiment que maintenant tout ou presque, est à refaire…

Oui, en quelque sorte. Mais même si ne pas jouer live serait problématique en fin de compte, l’objectif premier est d’être en phase avec ce qu’on fait. L’essentiel reste la création, ce que je préfère, se sentir concerné par une mélodie et des mots. Si en plus, on peut jouer pas mal et rencontrer plein de chouettes personnes, tant mieux ! On existe, on fait des trucs, les gens qui le souhaitent peuvent nous écouter, venir nous voir, acheter notre disque et ça nous fait plaisir. Maintenant, c'est vrai qu' on aurait changé de nom pour s'appeller les Tarentules Sauvages, on aurait repris quasiment au même niveau. Mais je me sentais trop attaché à cette étiquette, le calme pour adoucir les jours; ça me colle à la peau, j'ai trop bougé dans le passé pour ce nom que pour en changer,d'autant que j'avais l'aval de Sébastien pour qui j'ai beaucoup d'estime. S'il n'avait pas voulu que je reprenne l'aventure, j'aurais changé de nom...Et puis le fait que Jérôme Monet revienne dans le coup m'aide pas mal à mieux situer ce que je veux faire,j'ai confiance en la suite. Il ne faut pas perdre de vue que, suite à notre séparation d'avec Nicolas Philippot qui avait fait l'intérim à la gratte,il avait repris sa place depuis seulement 3 mois quand on a enregistré, il avait déjà dû apprendre tous les nouveaux morceaux pour le concert en première partie de 31 Knots
31 Knots


Clique pour voir la fiche du groupe
qu'on a donné en février.



C’est le premier album du groupe. On a presque envie de dire enfin ! Comment s’est passé l’enregistrement ?
J.H: Lent et long...Nous avons la grande chance d'avoir un studio (Ex-Machina à Andenne) à proximité de notre local de répète ,dans la pièce d'à côté à vrai dire nous avons pris notre temps. Dany Noé, le père de notre bassiste , à qui appartient le studio et qui a produit le disque, a passé un nombre incalculable d'heures dessus; on lui en est vraiment reconnaissant car ce disque n'aurait sans doute jamais vu le jour sans lui ! Même si on a eu des divergences de vue concernant la production, j'ai vite réalisé qu'en visant au milieu de nos vues respectives, on était dans le raisonnable. Nous avons pris une vingtaine de dimanches pour enregistrer les prises puis nous en avons encore pris 4 pour mixer le tout, tout en préparant ça chez nous pendant la semaine. Si nous avons la chance de donner une suite à cet album, j'espère que ça ira plus vite mais ça ne devrait pas poser de problème!

J.M. : Pour ma part, la chance d'avoir eu du temps pour enregistrer a été enrichissante par rapport aux discussions qu'on a pu avoir sur l'agencement des parties des morceaux ou sur la musique en générale. En effet, cette souplesse nous permettait de recommencer des choses dont nous n'étions pas satisfait .



C’est une autoproduction, distribuée par Mandaï. Alors que les structures semblent plus nombreuses, qu’il y a 10 ans, penses-tu qu’il soit plus facile maintenant pour un groupe d’émerger ou de se faire entendre et reconnaître ?
J'ai l'impression que les choses ont pas mal bougé entre l'époque de Quiet
Quiet
Clique pour voir la fiche du groupe
v1 et maintenant. Les moyens de se faire connaître se sont multipliés, sans pour autant déboucher sur du concret. Il y a un nombre croissant d'excellents trucs à écouter sur le net mais on ne les voit pas nécessairement tourner...Il faut dire que par rapport à il y a quelques années, le nombre d'endroits où se produire a réduit et je trouve ça fort dommage et dommageable car les jeunes groupes ont beaucoup moins d'espaces où faire leurs armes. Et pour arriver à quelque chose de correct, il me semble que c'est nécessaire de passer par là.



The Grammar Of Night s’ouvre sur une orchestration avec des cordes. Je pense que c’est un travail que tu voulais réaliser depuis longtemps…
J.H: Oui. C'est un thème que j'avais trouvé au piano et Jérôme Monet s'est chargé d'écrire la partition qu'on a fait jouer par des amis musiciens classiques. C'est une piste qui pourrait déboucher sur de nouvelles collaborations, d'autant que le sampling pourrait aider à introduire facilement cet aspect dans notre musique.

J.M. : Ce fut une expérience particulière pour moi. Je devais jongler avec des impératifs divers. Habitué à une écriture plus contemporaine, c'était un défi de satisfaire les envies de chacun par rapport à ce qui devait être un introduction au disque sur un thème imposé dans un laps de temps défini. J'ai donc écrit deux ou trois versions et Jay est venu pour qu'on en discute et qu'on les retravaille ensemble. J'espère surtout qu'à l'avenir nous pourrons développer cette démarche tout en la fusionnant avec l'électronique et le live.



Comment le groupe travaille-t-il maintenant ? Si je me souviens bien dans la première mouture de QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
tu livrais beaucoup de toi dans les compositions…

Je crains que ça n'ait pas beaucoup changé...L'album est marqué par l'ambiance lourde et angoissante de nuits sans sommeil et les textes ont été puisés dans celles-ci, ça a été relativement épuisant mais je tenais à ne pas dire n'importe quoi, à ce que ça reflète cette époque de mon existence. J'étais fort calé dans les lectures d'ouvrages d'Emile Cioran et je crois que ça m'a également pas mal inspiré. Je pense et j'espère quelque part que les prochains morceaux devraient laisser place à plus de « légèreté », le chapitre de cet album est personnellement clos.



Je suppose que vous allez faire en sorte que l’album soit découvert au maximum… Existe-t-il une stratégie pour QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
afin d’atteindre ses objectifs ?

Il n'y a pas de plan marketing et heureusement. Cependant, l'aide de notre distributeur Mandaï et de notre booker Zebrabooking est particulièrement précieuse. Non, pas de stratégie, disons qu'on va profiter des moyens que le net nous offre désormais pour diffuser notre truc. Après, que les gens adhèrent ou pas, ce ne sera pas à nous de les y forcer. Mais bon, c'est quand même mieux quand on a des échos et, d'autant plus, quand ils sont sympas. Maintenant, on va faire ça sérieusement, envoyer un max, notamment à l'étranger.



Qu’en est-il maintenant des projets que tu avais initié entre les deux périodes de QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
(TRISTAMINE
TRISTAMINE
Clique pour voir la fiche du groupe
, MEANDIALONE
MEANDIALONE


Clique pour voir la fiche du groupe
…) ?

Tristamine
Tristamine
Clique pour voir la fiche du groupe
était un projet de transition pour Jérôme et moi-même, plus calme et aérien; ça reste une formidable expérience, d'autant que j'ai eu la chance de jouer avec pas mal de musiciens de la région andennaise que j'apprécie beaucoup. Je suis heureux qu'on ait eu le temps de figer cette époque sur une démo.
MeandIalone
MeandIalone


Clique pour voir la fiche du groupe
est un projet qui me tient fort à coeur, je regrette beaucoup que mon emploi du temps ne me laisse pas plus d'espace pour le développer. Autant j'aime la dynamique de Quiet
Quiet
Clique pour voir la fiche du groupe
, autant j'aime passer du temps à créer des boucles, des textures sonores plus éthérées dans mon coin et jouer plus acoustique. C'est juste que ça ne débouche encore sur rien de concret mais je garde ce projet dans un coin de ma tête...Et puis, il faudra trouver des gens avec qui partager ce projet car je me vois difficilement reproduire ça tout seul; c'est un peu la raison pour laquelle j'ai dû annuler in extremis la première partie de Matt Elliott
Matt Elliott


Clique pour voir la fiche du groupe
au Théâtre de Namur en août et j'aime autant éviter ce genre de regrets à l'avenir, ça m'a vraiment foutu mal. Jérôme Monet s'est, lui, lancé dans l'écriture de musique dite « contemporaine » que l'on peut retrouver en partie sur http://www.myspace.com/littlejardinet . Bref, les projets ne manquent pas ; le temps, c'est autre chose...

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE