Reportage

Katatonia souffle les 10 bougies the Night is the New Day à la Rockhal

Esch-sur-Alzette (Rockhal), le 20-05-2019

Mercredi 22 mai 2019



Cadeau surprise de début d’année, Katatonia
Katatonia


Clique pour voir la fiche du groupe
annonçait son retour sur scène pour fêter les 10 ans d’un de leur album phare, Nigh Is The New Day. Un ‘run’ très court de 6 concerts seulement sur cette fin mai, à commencer par cette date à la Rockhal de Esch-sur-Alzette au Luxembourg, qui précède de peu le show déjà sold out prévu quelques jours plus tard au Biebob.

Et si le Club de la Rockhal n’affiche pas complet ce soir, il s’avère correctement rempli pour un lundi, même si quelques rideaux cache-misère adroitement disposés entretiennent une certaine illusion. Au-delà des rideaux, je remarque aussi dès mon arrivée le joli décor (évidemment dans le thème de l’album célébré) disposé sur scène … car oui chez Shoot Me on ne fait pas les choses à moitié et quand on rate le début d’une soirée on rate carrément les deux premières parties prévues à l’affiche : Cellar Darling
Cellar Darling


Clique pour voir la fiche du groupe
et Wheel. Désolé de ne pas pouvoir vous rendre compte de leur performance, mais que voulez-vous…

Il ne me faut donc pas attendre bien longtemps pour voir débarquer les Suédois sur scène, qui démarrent évidemment leur set par l’excellent Forsaker, dont le rendu se voit cependant mis à mal par un son de basse un peu trop mis en avant et par le chant curieusement peu assuré de Jonas. Rien qui n’entame cependant notre confiance d’assister à un bon concert, ce que vient d’ailleurs nous rappeler fort à propos le petit solo envoyé par Roger à la fin de ce premier morceau ovationné par un public plutôt ravi de retrouver Katatonia
Katatonia


Clique pour voir la fiche du groupe
dans cette configuration.

C’est alors que Jonas nous avoue que le groupe se sent nerveux ce soir, de par le côté « anniversary » de l’album mis à l’honneur et parce qu’il s’agit de leur premier concert depuis un bail (il faut dire que Jonas et Anders sont bien occupés avec Bloodbath). Ceci explique cela… De quoi enchaîner le cœur plus léger sur un The Longest Year mis en valeur par des lights joliment pensées, même si en parallèle on peut rester frustré par un son d’ensemble qui manque peut-être de « douceur » comparé à la prod’ de Night is the New Day.

La suite du concert s’écoule évidemment à toute vitesse surtout pour celui qui connait l’album par cœur. On notera quand-même l’excellent final d’Idle Blood (pas joué sur scène de puis 2014), la délicatesse d’Onward into Battle, ou encore ce Liberation fort bien accueilli par le public. Un public salué par Jonas qui souligne le dévouement nécessaire pour se bouger à un concert un lundi soir dans cette salle qui lui rappelle par ailleurs de bons souvenirs, avant de s’amuser des quelques cris isolés ou des tentatives de jam de ses comparses pendant que Daniel essaie tant bien que mal de se dépatouiller avec quelques bandes récalcitrantes (une problématique rencontrée à nouveau un peu plus tard d’ailleurs) et indispensable à la retranscription live de l’album. Effet première date de tournée quand tu nous tiens…

Nous voilà ensuite reparti dans ce concert au son de la basse de The Promise of Deceit, pas jouée depuis 2011 et dont la montée en puissance fait toujours son petit effet, avant de nous prendre l’intro doomesque de Nephilim puis un New Night interprété avec un surcroit d’intensité palpable. C’est alors que vient ce beau moment que fut cette live premiere de Inheritance (dotée d’une harmonie vocale très réussie) avant un retour au rock assuré par Day and Then the Shade. Et Jonas de conclure en blaguant sur l’ordre des morceaux et en soulignant leur plaisir à rejouer Night is the New Day, conclu donc par un Departer (pas joué 2011 non plus) dont on soulignera le magnifique passage a capela (ou presque).

Pour ne pas nous laisser sur notre faim, Katatonia
Katatonia


Clique pour voir la fiche du groupe
ne tarde pas à revenir sur scène afin de nous proposer un rappel qui cette fois met en valeur d’autres albums issus du répertoire du combo avec Lethean, Old Hearts Falls et July (ce riff d’intro !). Soit une jolie triplette jouée de manière beaucoup plus libérée que le reste du concert, comme si le groupe s’était libéré d’un poids avec ce premier set anniversaire. Et comme pour se faire un cadeau à eux-mêmes, les voilà qu’ils entament une cover de Judas Priest (!!) avec un Night Comes Down totalement inattendu mais que le groupe s’est plutôt bien approprié.

Si on n’imaginait pas forcément Katatonia
Katatonia


Clique pour voir la fiche du groupe
céder à la mode des concerts anniversaires force est de constater que l’album sélectionné par les Suédois se prête finalement bien à cet exercice un peu risqué, et ce en dépit des quelques problèmes techniques rencontrés ce soir. Il semble que Katatonia
Katatonia


Clique pour voir la fiche du groupe
ait décidé de prolonger ce type de date dans les mois à venir et on ne peut que vous encourager à aller vous rendre compte par vous-mêmes du résultat…
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE