Reportage

The Locust : mais où est passé le champs des cigales ?

Bruxelles (Recyclart), le 11-09-2007

Lundi 17 septembre 2007

La dernière fois que j’ai vu THE LOCUST
THE LOCUST
Clique pour voir la fiche du groupe
, c’était dans cette même salle (Recyclart), il y a deux ans. La salle était sympathiquement remplie. Le Recyclart a d’ailleurs utilisé une de mes photos de l’époque sur son site Internet pour l’annonce du concert du jour. Ce que j’ai peu apprécié puisque nullement concerté pour cette utilisation. Bref passons…

La journée continue à mal s’engager entre moi et le Recyclart puisque arrivé sur place, l’événement semble mal géré. Les portes s’ouvrent à 20h40 au lieu de 20h00. Le genre de situation qui m’énerve d’autant plus que j’ai la crève et que j’avais hésité à rester bien au chaud chez moi plutôt que de me geler les miches devant le Recyclart. En plus, on doit rentrer par le café, ce qui génère une longue file. C’était d’un pratique… Est-ce que l’organisation s’attendait à si peu de monde ?

C’est JAKUZI’S ATTEMP qui débutent. On m’avait dit que c’était fort sympathique. Bof… c’est pas mal mais c’est aussi par moment, un peu décousu. Ca manque de cohérence dans ce qu’ils proposent.

Etrangement, je n’étais pas convaincu de mon face à face avec K-BRANDING
K-BRANDING
Clique pour voir la fiche du groupe
. Aucune remise en cause des qualités du groupe là mais plutôt un déjà vu qui s’exprimait en moi. Je n’attendais pas de grands impacts en moi de leur prestation. Et bien les Bruxellois m’ont surpris. Un set bien en place, prenant et efficace tout au long. Même si le son n’était pas toujours à la hauteur, la prestation du groupe est allé au-delà de la simple confirmation qu’on pouvait attendre d’eux.

Vient ensuite THE LOCUST
THE LOCUST
Clique pour voir la fiche du groupe
. Enfin pas tout à fait. Le public se masse devant la scène. Et c’est avant la prestation des sauterelles, un vengeur masqué, beuglant dans son micro et sautillant cape au vent sur fond de musique électro bidouillée qui chauffe la salle. A ce moment, je me rappelle que c’était déjà le cas (le même) lors de la précédente tournée. Le batteur de THE LOCUST
THE LOCUST
Clique pour voir la fiche du groupe
rejoint notre superman de pacotilles (comme il y a deux ans). C’est à ce moment que je décroche complètement et définitivement de cette ambiance grand guignol. Le public (enfin 3-4 zigotos) s’agite, gesticule… jusque là ça va. Sauf que ça ressemble vite à du n’importe quoi des plus désagréables et égocentriques. C’est aussi pénible que deux débiles qui font du violent dancing dans un cercle de 5 mètres de diamètre et qui parviennent encore à bousculer tout le monde. Bref, je résiste, mon appareil se fait clasher, la moutarde commence à monter.

Enfin le show de THE LOCUST
THE LOCUST
Clique pour voir la fiche du groupe
. L’ingé-son et la photographe qui les accompagnent ont maintenant droit eux aussi à leur déguisement. J’ai du mal. Je ne suis déjà plus très conciliant. Je ne retrouve pas l’exagération connue de THE LOCUST
THE LOCUST
Clique pour voir la fiche du groupe
(je précise au passage que je n’ai pas écouté le dernier album). Les titres joués ressemblent quasiment à des chansons normales. Mais où sont passés les échanges et joutes verbaux qui caractérisaient le groupe ? Mon genou coincé dans la barrière nadar, je m’essaie à vous ramener deux trois photos, j’hésite à laisser tomber mon poing en plein milieu du nez de l’imbécile qui se jette sur tout le monde et secoue la barrière (où mon genou est toujours coincé)… Je finis par préférer un retrait stratégique et je pars avant la fin de ce concert très décevant, furieux d’être venu. Seul la prestation de K-BRANDING
K-BRANDING
Clique pour voir la fiche du groupe
parvient à me consoler quelque peu.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE