Reportage

Kadavar en patron!

Bruxelles (VK concerts), le 17-12-2015

Dimanche 20 décembre 2015



Jeudi, le numéro 76 de la rue de l'école à Molenbeek aurait pu accueillir l'élection de la plus belle chevelure et de la plus longue barbe de la capitale. D'ailleurs, avec la venue des Allemands de Kadavar
Kadavar


Clique pour voir la fiche du groupe
, le concours aurait été perdu d'avance tant les excroissances pileuses des deux leaders du trio stoner originaire de Berlin sont imposantes et respectueuses. Mais au lieu d'un défilé de mode version hippie/hipster, c'était bien un mini festival qu'accueillait le Vaartkapoen ce jeudi soir. Et à cette occasion, les aficionados de Stoner puissant s'étaient tous donné rendez-vous au VK et vu l'affiche, il n'y avait rien d'étonnant à cela. Au programme, quatre groupes tous aussi chevelus les uns que les autres se sont donc succédé sur les planches, dans l'ordre: les Suédois de Horisont
Horisont


Clique pour voir la fiche du groupe
, les Américains de Satan's Satyrs
Satan's Satyrs


Clique pour voir la fiche du groupe
et de The Shrine
The Shrine


Clique pour voir la fiche du groupe
et bien sûr, les Allemands de Kadavar
Kadavar


Clique pour voir la fiche du groupe
.


Alors que la fin de leur tournée marathon à travers l'Europe approchait à grands pas, cette date bruxelloise aura tenu toutes ses promesses. Et s'il aura fallu arriver tôt pour assister aux shows de Horisont
Horisont


Clique pour voir la fiche du groupe
et de Satan's Satyrs
Satan's Satyrs


Clique pour voir la fiche du groupe
, c'est pendant le concert des Californiens de The Shrine
The Shrine


Clique pour voir la fiche du groupe
que l'ambiance est réellement montée d'un cran. Remuant et dans une forme olympique après pourtant plus de 35 dates assumées en à peine plus d'un mois, le trio outre-atlantique entame son set par le très entraînant "Tripping Corpse", extrait de l'album Bless Off, sorti il y a un an. Dans le public il n'en faut pas plus pour que la sauce prenne. C'est parti pour 40 minutes de folie pendant lesquelles The Shrine
The Shrine


Clique pour voir la fiche du groupe
aura assumé à merveille son rôle de first act pour les Berlinois de Kadavar
Kadavar


Clique pour voir la fiche du groupe
. A noter que le groupe sortira son prochain effort dans le courant du mois de janvier 2016.



Forts de trois albums, dont le dernier, intitulé Berlin, est sorti cet été chez Nuclear Blast , les Allemands de Kadavar
Kadavar


Clique pour voir la fiche du groupe
affichent également une forme des grand jours. Sur scène, quelques triangles lumineux rappelant le logo du groupe, des amplis et une batterie. Sobriété et simplicité au menu, il ne faut rien de plus. Dès les premières notes, Kadavar
Kadavar


Clique pour voir la fiche du groupe
impressionne. Derrière ses fûts, sur lesquels il martèle comme si sa vie en dépendait, Christoph Bartelt, aka Tiger, se la joue en patron. Puissantes, précises et quasiment orgasmiques, ses frappes ne diminuent pas d'intensité au fil des morceaux. De son côté, Christoph Lindemann, aka Lupus, en jette tout autant sur le manche de sa six cordes. Derrière toutes ces mèches blondes se cache un talent indéniable et la quasi totalité des morceaux de Berlin qui auront été joués ne viendront que le confirmer. Dans la fosse, chaque titre joué provoque un festival de mouvements de cervicales et de poings qui se lèvent. Après près d'une heure de concert, la chaleur qui s'est installée dans le VK en devient presque étouffante. Les visages que l'ont croise perlent de sueur, mais affichent tous une banane d'enfer, tout comme celle que l'on retrouve entre les poils de barbe des trois extraterrestres berlinois qui peuvent se targuer, une fois encore, d'avoir fait plus qu'assurer. Et si certains en doutaient encore, oui Kadavar
Kadavar


Clique pour voir la fiche du groupe
fait bien partie des gros bras de ce mouvement revival 70's qu'ils parviennent d'ailleurs à alimenter d'une bien belle manière.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE