Reportage

Tonton Acid fait planer l'AB

Bruxelles (Ancienne Belgique), le 15-11-2018

Samedi 17 novembre 2018



Nouvel album, nouvelle tournée ! Uncle Acid and the Deadbeats
Uncle Acid and the Deadbeats


Clique pour voir la fiche du groupe
ne déroge pas à la règle, et à peine un mois après la sortie de sa nouvelle pilule à extase auditive (Wasteland), envahit les routes européennes, à commencer par le boulevard Anspach de Bruxelles où l’Ancienne Belgique accueille la première date de cette tournée fort attendue. Cela fait en effet deux années que le groupe n’est plus apparu en Europe, et a fortiori en Belgique – c’était alors en tête d’affiche du Desertfest d’Anvers.



Point de festival cette fois, mais une date en tête d’affiche classique, dans cette fameuse salle au style tout à fait adapté à celui de Tonton Acid, quoique loin d’afficher complet (les balcons restent d’ailleurs fermés)... en atteste ce parterre encore assez clairsemé qui accueille le trio féminin de L.A. Witch. Mais pourquoi diable se sentir obligé de préciser qu’il ne s’agit pas d’un trio masculin me demandez-vous ? Peu importe au final, tout juste précisera-t-on pour la forme que le groupe a été effectivement formé à Los Angeles en 2011, vient de sortir son premier album après une petite série d’EP, et se décrit comme du « reverb-soaked punked out rock ». Effectivement, après une entrée sur scène assez timide, les donzelles envoient une sorte de grunge pysché assez 90’s dans l’âme. La guitare est aussi claire que la basse vrombit à tous les instants, et le chant de Sade Sanchez est effectivement bourré de reverb. Au fur et à mesure que le set avance, le groupe semble prendre de l’assurance, ce qui se ressent immédiatement dans l’impact produit par les compos (anciennes comme nouvelles) dévoilées, malgré un certain manque de liant entre elles. Pas hyper marquant, mais très plaisant !



Un tour au bar et c’est déjà l’heure de retrouver nos Anglais pour une petite heure et demie de Doom psyché 70’s. Comme on aurait presque pu le deviner avant ce concert, c’est bien entendu I See Through You (ouverture du dernier album en date, Wasteland) qui introduit ce concert de manière hyper convaincante : le son est déjà admirable, tueur, et la mise en scène assure ce qu’il faut entre backdrop aux couleurs du dernier album, fumée épaisse et lights discrètes. De ces bases solides, Uncle Acid construit un set ultra-solide, du genre à passer à vitesse grand V et à suivre (au choix) le sourire aux lèvres, secouant la tête en rythme ou reprenant les lyrics en chœur.

C’est que Tonton, même s’il communiquera peu avec nous ce soir, a pensé à tout le monde, piochant allègrement dans ses différents albums de manière à construire une setlist très équilibrée mettant en valeur Wasteland autant que ses classiques tels Blood Lust, Mind Control ou The Night Creeper . Ainsi, le très mélodique Waiting for Blood succède à cette intro avant d’être enchaîné avec un Mt. Abraxas très sabbathien et un Mind Crawler des plus entraînants : quelle entrée en matière !



De quoi justifier un petit ralentissement du tempo avec Death’s Door (mais quel solo, et quelle acclamation du public surtout !) puis une nouvelle incursion dans le dernier album avec un Shockwave City apparemment déjà bien intégré par les fans et qui répond aux plus anciens Crystal Spiders et Dead Eyes of London, ce dernier, plus speed, relançant les débats de manière assez animée.

C’est alors que les Uncle Acid nous sortent un quatuor final assez définitif dans le genre constitué de Pusher Man (et sa jouissive montée en gamme), du classique (et à chanter à tue-tête) I’ll Cut You Down et d'un Blood Runner au petit côté Maiden bien affirmé en live. La clôture, quant à elle, est réservée au hit 13 candles, gros, gros succès à l’appui.

Un succès qui appelle évidemment un rappel, qui arrive rapidement au son de l’inévitable et fabuleux Melody Lane, manifestement ultra attendu ce soir et qui met tout le monde d’accord avant le plus lent et conclusif No Return, qui signe donc déjà la fin des débats.

Difficile de formuler des critiques autres que positives suite à ce magnifique concert, d’autant plus considérant qu’il s'agissait là d’une première date de tournée. Chapeau tonton, on remet ça quand tu veux !



Remerciements à l’Ancienne Belgique
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
8

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE