News

1.200 artistes et travailleurs culturels sans soutien se figent en statue

image
Vendredi 26 juin 2020 , 11h48

Crédit photo: Elli Mastorou

Hier après-midi, plus de 1200 artistes, techniciens et travailleurs culturels ont formé des statues vivantes, et ce simultanément dans dix villes de Belgique : ils ont protesté en silence contre l’absence de compensation pour leurs contrats annulés depuis la mi-mars. “Tout bouge à nouveau, mais nous sommes déjà depuis trois mois dans l’attente d’une protection sociale”.

À Bruxelles sur la place de la Bourse, à Liège sur la place Saint-Lambert, Place d’Armes à Namur, Koren Markt à Gand, Place de l’Opéra à Anvers... : les artistes se sont présentés partout à 14h avec leurs “instruments”. Musiciens avec leur biniou, danseurs avec leurs pirouettes, acrobates sur les épaules, techniciens avec leurs câbles : ensemble, ils forment un échantillon coloré de tous les freelancers culturels qui travaillent normalement via des contrats courts.

Au son d'une corne, ils se sont figés ensemble pendant un quart d'heure en un seul groupe de statues vivantes, distantes l’une de l’autre de trois mètres. Spontanément, des passants curieux se sont également placés devant cette image puissante de l'immobilisme financier général que les acteurs, cameramen, musiciens, danseurs, sculpteurs et écrivains du flex-working ont vécu ensemble depuis le début de l’arrêt de leurs activités..

“Pour les indépendants et les salariés, le gouvernement a immédiatement pris des mesures fortes d'aide et de soutien. Pourquoi les intermittents, qui contribuent comme les autres travailleurs à la sécurité sociale, ne sont-ils toujours pas soutenus par l'Etat? '', demande le réalisateur, producteur et metteur en scène Samuel Tilman, porte-parole de l’action à Bruxelles. Depuis plus de 100 jours, le gouvernement et le Parlement n'ont pas réussi à trouver une solution ; la semaine dernière, un projet de loi concret a de nouveau été reporté par des jeux politiques. “C'est comme attendre Godot. Et nous en avons assez : nous sommes venus l'exprimer ici ensemble. Nous demandons au gouvernement et au Parlement fédéral de trouver une solution le plus rapidement possible. Beaucoup d'entre nous sont restés à la maison pendant trois mois sans aucune source de revenus, alors qu'en tant qu'artistes, nous cotisons également pour la sécurité sociale. Pourquoi ne pouvons-nous pas faire en Belgique ce qui a été fait très rapidement dans nos pays voisins ?”

À Bruxelles et Liège, on pouvait voir 300 statues vivantes dans chacune des villes. À Namur, la place d’armes accueillait 120 artistes. Au même moment, à Charleroi, Tournai, Mons, La Louvière, mais aussi Gand, Anvers, et Louvain, près de 600 artistes se sont réunis sous la même formule pour ''Standing Still''; le moment choisi fut délibérément celui de la session plénière du Parlement fédéral. “Plus de 50 associations d'artistes et de techniciens de tout le pays ont œuvré main dans la main pour cette action'', déclare le musicien classique Nicolas Achten de la plateforme francophone Artistes Affilié·e·s. “S'il n'y a pas de solution urgente, nous serons forcés de continuer”.

“La Première ministre Wilmès a annoncé hier que l'avis du Conseil d'État sur le projet de loi en question sera traité en urgence d'ici le 9 juillet. J'espère que nous aurons enfin un message positif d'ici là, a déclaré Katrien Reist de l’organisation flamande State of the Arts. Les politiciens doivent se rendre compte qu'il s'agit de travailleurs qui ne sont plus en mesure de payer leur loyer, qui sont coincés dans leurs économies et qui doivent frapper en masse à la porte du CPAS — pour lequel ils n’entrent pas toujours dans les critères. Nous ne demandons pas un arrangement spécial, nous demandons simplement d'être traités sur un pied d'égalité. Les artistes et les techniciens, même s’ils enchaînent des contrats de courte durée avec des employeurs multiples, ont autant droit à la protection sociale que n'importe quel autre travailleur''.



image
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE