Article

15 ans de SMA - Elodie : « Ce qui fait notre différence, c'est le focus sur la scène locale. »

Mardi 10 décembre 2019



Elodie, tu as publié 40.234 news depuis juin 2012. Ça fait 5.747/an, 478/mois et une moyenne de 15/jour. Tu es de loin la plus grande contributrice en contenu de SMA. Comment fais-tu pour être au courant de tout ce qui se passe dans le milieu underground mondial? Comment te dégages-tu du temps tous les jours pour ce travail conséquent?

J'ai plusieurs sources. Je suis en contact avec des labels et agences, je suis beaucoup de groupes sur les réseaux sociaux et je consulte pas mal d'autres webzines. En ce qui concerne les groupes locaux, c'est souvent eux qui me contactent directement.
Ma façon de fonctionner a beaucoup évolué. J'ai rejoint Shoot Me Again en 2012. À l'époque, il y avait plus de gens qui s'occupaient des news. Pour le moment, c'est principalement moi. Je publie beaucoup moins de news depuis un an ou deux, entre 5 et 10 par jour je dirais, mais personne ne m'a jamais fait la remarque. J'essaie de me focaliser sur les groupes belges et les nouvelles sorties qui seraient passées sous le radar d'autres sites.
Les news, c'est un peu une rubrique ingrate. La grosse majorité n'est jamais partagée sur les réseaux sociaux pour ne pas surcharger notre fil d’actualité, et du coup ça a très peu de visibilité. Mais c'est essentiel car c'est la seule rubrique du site (avec l'agenda des concerts) à être updatée tous les jours, plusieurs fois par jour.
Concernant la gestion du temps, il n'y a pas de secret, ça prend du temps. En général je publie au moins deux fois par jour, une fois le matin et une en fin de journée, parfois plus comme par exemple quand des grands festivals font des annonces de line-up. Dans ces cas-là, j'essaie de relayer l'info au plus vite.

Quand tu dis que c’est souvent les groupes locaux qui te contactent, qu’est-ce que SMA peut apporter à la scène locale?

Nous sommes souvent le seul média, ou un des seuls, à relayer les news de certains petits groupes. On leur apporte de la visibilité.

Avec ton regard et ta connaissance de la scène underground/alternative, as-tu constaté des évolutions?

Oui, j'ai remarqué le vieillissement du public dans les concerts alternatifs (donc pas dans les festivals ou les grosses salles comme l'Ancienne Belgique, le Bota, etc.). J'ai 30 ans et je suis souvent dans les plus jeunes. C'est dommage évidemment mais je n'ai pas de solution à proposer pour y remédier.

Pourquoi est-ce important pour toi de supporter la scène locale?

Selon moi, c'est un peu l'ADN de Shoot Me Again. Les groupes internationaux qui sont signés sur les gros labels, tout le monde en parle. Ce qui fait notre différence, c'est le focus sur la scène locale.



As-tu des anecdotes à partager?

Je ne sais pas si c'est une anecdote, plutôt des excellents souvenirs. J'ai fait pas mal d'interviews à l'époque qui m'ont permis de rencontrer des musiciens que je suivais depuis longtemps. Il y en a deux qui m'ont marquée en particulier : ICS Vortex (Arcturus
Arcturus


Clique pour voir la fiche du groupe
, Borknagar
Borknagar


Clique pour voir la fiche du groupe
, ex-Dimmu Borgir
Dimmu Borgir


Clique pour voir la fiche du groupe
, ...) qu'on a interviewé à l'extérieur en pleine nuit polaire à Tromsø où il jouait un concert en solo dans un bar et Attila Csihar, le chanteur de Mayhem
Mayhem


Clique pour voir la fiche du groupe
, qui était au Magasin 4 en guest avec les Japonais de Vampillia
Vampillia


Clique pour voir la fiche du groupe
, et qui m'a balancé des scoops en fin de soirée qui ont été fort partagés par la suite sur d'autres sites.

En parlant du Magasin 4, tu y passes beaucoup de soirées. Je me demandais si tu y avais loué une chambre ? ????

Non, mais c'est vraiment tout près de chez moi, j'y vais à pied. Ils font beaucoup de concerts et la programmation correspond souvent à mes goûts.

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE