Article

Collectif Mental : 10 ans de DIY et de soutien aux artistes alternatifs

Mardi 31 mai 2022

Collectif Mental fête ses 10 ans ce samedi 4 juin au Magasin 4 lors d’un concert anniversaire qui promet d’être fabuleux !
10 ans. 100 concerts organisés principalement à Bruxelles et à Liège. 225 groupes reçus avec une attention pour la scène locale belge.
Pour l'occasion, Marc Gérard et Elodie Barthels partagent avec nous quelques souvenirs et aspirations.




Hello Elodie et Marc ! Comment allez-vous ?

Marc : Très bien.
Elodie : Super ! Nous sommes en pleine préparation de notre plus gros concert jusqu’à présent, Dälek
Dälek


Clique pour voir la fiche du groupe
au Magasin 4, qui a lieu samedi prochain (le 4 juin).

Qui se cache derrière Collectif Mental, à part vous deux ?

Marc : On a créé une ASBL, il y a quelques années. Avec Jean-Paul (Moon Base Alpha) qui vient de Liège et Julien. Aujourd’hui nous sommes une petite équipe de 6. Merry et Reshma nous ont rejoints il y a un an.

Comment et pourquoi a débuté Collectif Mental ?

Marc : J’étais actif au sein de Shoot Me Again et de l’émission radio Mental sur FM Brussel en tant que chroniqueur durant la fin des années 2000. Un jour, en 2012, un contact d’un label Berlinois Sounds of Cobra (Ricky Thunder aujourd’hui patron de l’agence Swamp Booking) pour qui j’écrivais des chroniques m’a demandé de l’aider pour une date sur une tournée. C’était la tournée européenne de In Zaïre
In Zaïre


Clique pour voir la fiche du groupe
et du groupe new-yorkais La Otracina
La Otracina


Clique pour voir la fiche du groupe
. Je me suis dit que ça pourrait être chouette de m’y coller. Le concert a été organisé à Liège au mythique Carlo Levi.
Cette expérience m’a beaucoup plu et j’ai enchaîné, laissant derrière moi mes activités journalistiques. Il faut dire qu’à l’époque, il y avait une effervescence autour des groupes psyché noise de type post-kraut comme Gnod
Gnod


Clique pour voir la fiche du groupe
, The Cosmic Dead
The Cosmic Dead


Clique pour voir la fiche du groupe
, White Hills
White Hills


Clique pour voir la fiche du groupe
, etc. Ces groupes avaient une attitude assez punk, mais portaient un héritage du passé propre au krautrock allemand des 70’s comme Neu!
Neu!


Clique pour voir la fiche du groupe
, Can
Can


Clique pour voir la fiche du groupe
, etc.

« J’avais envie de partager ces émotions que me procuraient ces groupes par l’organisation de concerts. De plus, Liège, m’a ville d’origine, offrait avec La Zone notamment, le terreau idéal pour développer ce type d’activité. »

Je l’ai d’abord fait seul durant quelques années avant qu’Elodie et Jean-Paul me rejoignent.

Comment vous fonctionnez ?

Marc : On est assez autonome et peu organisé (rire), on essaye de garder un rythme de 2 à 3 concerts par mois maximum. Ça doit rester un hobby et un plaisir, car on a tout.es un taf et une vie bien chargée à côté. En général, je m’occupe de la programmation et Elodie de la promo. On discute ensemble des salles de concert disponibles et le jour du concert on est tous là pour aider.
Niveau budget, on est très limité, car on fonctionne généralement sans subsides, la salle récupère l’argent du bar et nous payons les artistes via les tickets que nous vendons aux entrées.

« On fonctionne aussi beaucoup en collaboration avec d’autres associations, collectifs et organisateurs, c’est quelque chose qu’on apprécie vraiment. »

Par exemple, nous avons développé récemment une belle complicité avec l’organisation gantoise Scratch+Snuff qui organise principalement au Trefpunt.

Vous êtes complets ou vos portes sont ouvertes à des personnes qui seraient intéressées par donner un coup de main ?

Marc : N’hésitez pas à venir nous trouver. Perso, cette passion me suit depuis 10 ans et c’est toujours un plaisir de la transmettre à d’autres.

Au niveau de la programmation, vous avez une ligne de conduite ou c’est au coup de cœur?

Marc : On fonctionne au coup de cœur mais on essaye surtout du proposer au public des artistes qu’ils n’ont jamais vus. Par exemple, les Taiwanais de Mong Tong
Mong Tong


Clique pour voir la fiche du groupe
(Guruguru BrainV/W Sorcerer) que nous faisons jouer le 10 juin prochain au KulturA. Par ailleurs, on a tissé pas mal de liens avec de nombreux artistes et bookers tout au long de ces 10 années, cela nous aide pour la programmation.
Elodie : On a par exemple été les premiers à faire jouer Minami Deutsch
Minami Deutsch


Clique pour voir la fiche du groupe
et Green Lung
Green Lung


Clique pour voir la fiche du groupe
en Belgique.



Dans votre présentation sur Facebook, vous dites que les groupes locaux ont une place importante dans votre line-up. Pourquoi ?

Marc : On essaye toujours de faire jouer des groupes locaux en première partie. Mais ce n’est pas toujours évident de faire jouer tout le monde. Il faut que ça colle au niveau du style avec la tête d'affiche est ce n'est pas toujours le cas. Mais on regarde toujours les candidatures locales en premier lieu pour compléter l'affiche, c'est important pour nous.
Elodie : Je trouve important de mettre en avant la scène belge et surtout les groupes qui n'ont pas encore eu beaucoup l'occasion de jouer.

« Ça fait partie de notre optique de faire découvrir des nouveaux projets, pas seulement internationaux. »

Ressentez-vous la (trop) grande offre de groupes/artistes disponibles et super chauds pour jouer, suite au confinement ? Est-ce un élément perturbateur pour vous ?

Marc : Je ne ressens pas encore cela, car nous avons eu encore énormément d’annulations de tournée et de projets qui sont tombés à l’eau pour cause de Covid, notamment avec des groupes anglais ou américains. Il est encore très difficile de mettre sur pied une tournée. Et de notre côté, l’offre était plutôt pauvre en ce début d’année, en ce qui concerne les groupes étrangers.
Elodie : Clairement l’offre est énorme, mais le but n’a jamais été de programmer un maximum de dates pour nous, donc au final ça ne change pas tant que ça.

Un groupe/artiste que vous voulez absolument programmer ?

Marc : Personnellement, Rakta
Rakta


Clique pour voir la fiche du groupe
. C’est un groupe de musiciennes de Sao Paulo très talentueuses. Je trouve aussi qu’il faut privilégier les artistes féminines, c’est un point d’attention important à l’heure actuelle.
Elodie : En ce qui me concerne, pas vraiment. Quand on organise, on n’a pas forcément l’occasion de profiter du concert le soir-même, donc au final ça m’arrange quand ce n’est pas un groupe que je voulais absolument voir.



Le fait de ne pas avoir un endroit fixe pour recevoir les groupes, est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Marc : C’est un inconvénient. Beaucoup de groupes plus demandés sélectionnent leurs dates en fonction de la renommée ou de la « qualité » de la salle. On a donc plus de mal à booker certains artistes à cause de cela. On est aussi dépendant des agendas concerts des salles. Par contre, on a un panel de lieux (à Liège et à Bruxelles) assez importants à proposer aux groupes. Et en fonction des plateaux, il est possible de proposer des lieux plus ou moins DIY.

Le volontariat et le DIY sont habituels dans le milieu alternatif. Est-ce le cas aussi au sein de Collectif Mental ?

Marc : A 100%

Qu’est-ce qui vous motive à vous impliquer dans Collectif Mental ?

Marc : Créer le petit moment magique, de folie, qui fait que le public et les musiciens deviennent dingues grâce à la musique. Il faut des gens pour tournent la cuillère dans la marmite pour que la sauce prenne (rire).
Elodie : Simplement le fait que sans petites orgas comme la nôtre, beaucoup de groupes n’auraient pas l’occasion de jouer. Les groupes qu'on invite n'intéressent souvent pas (encore) les plus grosses salles/structures.

En 10 ans, avez-vous remarqué des évolutions (positives ou négatives), des changements dans le milieu musical alternatif ?

Marc : Je ne dirais pas que les musiciens sont plus aidés, mais je m’aperçois que certains artistes réussissent mieux à faire leur nid aujourd’hui que par le passé.

« Je me dis que l'image des groupes belges a évolué positivement peut-être aussi parce qu'ils sont plus mobiles qu'avant et qu'ils s'exportent mieux. »

Nul n'est prophète en son pays. Il faut sortir de la Belgique, prendre des risques, partir en tournée, collaborer avec d'autres groupes et artistes étrangers et essayer d'avoir du succès à l'extérieur de nos frontières. Un groupe qui joue devant son public et qui joue toujours sur la même scène ne progresse pas.
Par contre, certains lieux alternatifs, comme le DNA, ont fermé et ce n’est pas une bonne chose pour le milieu musical en général. Ces lieux de culture doivent être davantage protégés, mais ils sont malheureusement de plus en plus rares.

Le meilleur et le pire souvenir ?

Marc : Il y a beaucoup d’excellents souvenirs comme par exemple le concert de Kikagaku Moyo
Kikagaku Moyo


Clique pour voir la fiche du groupe
au Bunker Ciné/Théâtre, Naam
Naam


Clique pour voir la fiche du groupe
et The Cosmic Dead
The Cosmic Dead


Clique pour voir la fiche du groupe
à l’Escalier, le concert de Tomaga
Tomaga


Clique pour voir la fiche du groupe
au BRASS ou l’organisation d’un concert à Barcelone pour compléter la tournée de deux groupes liégeois en Espagne. Au niveau du pire, c’est évidemment, les deux années pourries que nous avons connu à cause du confinement.
Elodie : Pareil pour le pire. Pour moi le meilleur, c’est sans doute Seedy Jeezus
Seedy Jeezus


Clique pour voir la fiche du groupe
sur la péniche La Légia à Liège, le jour de mon anniversaire.

Quelles sont vos aspirations/objectifs pour les prochaines années ?

Marc : Que le Collectif Mental perdure et deviennent un outil pour d’autres personnes après nous. La mission de passeur d’émotion au public doit rester intacte.

Vous voulez ajouter quelque chose pour terminer ?

Marc : 10 ans, ça se fête. On a donc mis les petits plats dans les grands pour vous préparer un concert anniversaire assez ambitieux grâce à la venue du groupe culte de hip-hop expérimental américain Dälek
Dälek


Clique pour voir la fiche du groupe
. Une vieille connaissance (Cantenac Dagar) et un coup de cœur (Chaos E.T. Sexual
Chaos E.T. Sexual


Clique pour voir la fiche du groupe
) complètent l’affiche. On vous attend le 4 juin au Magasin 4 pour fêter ça avec nous !

Crédits photos: Collectif Mental.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour la presse régionale de la province de Luxembourg, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup...
Ancienne journaliste notamment pour la presse régionale de la province de Luxembourg, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et événements culturels et musicaux. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière ve...
Ancienne journaliste notamment pour la presse régionale de la province de Luxembourg, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et événements culturels et musicaux. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en ju...
Ancienne journaliste notamment pour la presse régionale de la province de Luxembourg, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et événements culturels et musicaux. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour la presse régionale de la province de Luxembourg, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et événements culturels et musicaux. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE