Chronique

MUTINY ON THE BOUNTY
Danger Mouth

image
Big scary monsters / Redfield Records



image
Dimanche 9 août 2009

Deux ans qu’il devait sortir cet album ! Deux ans qu’il était en boîte mais que de successifs contretemps n’ont permis la sortie que maintenant. Deux ans pendant lesquels nous n’avons eu à nous mettre sous la dent que leur split-CD avec leurs amis de Treasure Chest At The End Of The Rainbow
Treasure Chest At The End Of The Rainbow
Clique pour voir la fiche du groupe
sorti en 2005, et dont les morceaux sont pour la plupart dépassés depuis longtemps. Deux ans qui ont vu le départ de David, ex-bassiste et chanteur du groupe, parti se consacrer à son autre groupe Eternal Tango
Eternal Tango


Clique pour voir la fiche du groupe
(et qui a donc enregistré les lignes de basse de l’album), et son remplacement par Pi, ex-Treasure Chest
Treasure Chest
Clique pour voir la fiche du groupe
. Oui, le Luxembourg est une grande famille.

Enfin, il est là. Bien présenté, dans un digipack à 3 volets qui nous laisse découvrir toutes les paroles. C’est bizarre de si bien connaître les morceaux en n’ayant entendu que les versions live. Mais après les avoir vus une petite dizaine de fois avec ce nouveau set, de si bons morceaux rentrent très vite dans la tête. A tous niveaux, Mutiny On The Bounty
Mutiny On The Bounty


Clique pour voir la fiche du groupe
s’est amélioré. Les voix que nous offrent 3 des 4 membres du groupe se succèdent, se distinguent les unes des autres et, bravo pour ce gageure, viennent renforcer des morceaux que nous avons pourtant découvert en version instrumentale après le départ de David. Les compos sonnent plus festives et en même temps laissent ressortir plus d’émotions. Toujours très math-rock (les structures sont globalement très complexes), avec un son très soigné qui nous laisse percevoir toutes les détails. Il faut dire qu’ils ont confié le mixage à Alan Douches (Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
, Mastodon
Mastodon


Clique pour voir la fiche du groupe
, Dillinger Escape Plan
Dillinger Escape Plan


Clique pour voir la fiche du groupe
...).

Mais surtout, le véritable cachet de cet album est le talent technique de ce groupe, principalement de leur guitariste de génie Luciano. Tantôt en avant tantôt en retrait, sa guitare se balade autour de la mélodie sans jamais s’y greffer ni s’en détacher. Ni ralentir d’ailleurs. Elle donne de la mélodie aux parties plus « agressives » et de l’énergie aux passages plus mélodiques. Ce son de guitare, devenu indispensable à mes oreilles, est un réel électron libre.

Le point d’orgue de cet album est à mon sens le morceau Cruz Candelaria, excellente piste 5 entièrement instrumentale où les Mutins se lâchent. Sacha, à la batterie, alterne contretemps et accélérations. La basse et la deuxième guitare ne sont pas en reste, ils ont d’ailleurs pu nous prouver leur talent en live.

Ce groupe, bien que génial sur disque, est avant tout à découvrir en live car ces gars font le show dans la bonne humeur avec une sympathie communicative. Lutch est concentré sur sa guitare (les fausses notes que je lui ai entendues se comptent sur les doigts d’une main) tandis que les 3 autres gars font la fête en musique, tout simplement.

Bref, un album très attendu qui n’a pas déçu. Un album alliant technicité et excellent sens de la mélodie et des émotions.

Malheureusement, ils ont annoncé il y a quelques semaines le départ du pourtant indispensable Luciano et lui cherchent d’ailleurs un remplaçant. Mais qui pourra succéder à un tel guitariste ? Dans un premier temps, ce sera Paul Bradshaw (Lafa Connected
Lafa Connected


Clique pour voir la fiche du groupe
et ex-Treasure Chest
Treasure Chest
Clique pour voir la fiche du groupe
) qui s’y collera. Le temps nous dira si Mutiny
Mutiny


Clique pour voir la fiche du groupe
sera toujours Mutiny
Mutiny


Clique pour voir la fiche du groupe
après ce coup dur pour le groupe !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE