Chronique

HORSEBACK
The Invisible Mountain

image
Relapse Records



image
Mercredi 8 septembre 2010

Initialement sorti par Utech Records l’année dernière, The Invisible Mountain de HORSEBACK consiste en un album de 4 titres seulement. Mais quels titres ! Relapse en le ressortant offre l’occasion à Jenks Miller qui se cache derrière ce nom de se trouver des échos nouveaux et une audience plus large. En effet, le label américain est connu pour son goût prononcé pour les musiques particulièrement étranges. Si généralement les choix du label se portent sur des productions aux accents très métallisés, HORSEBACK n’est pas pour autant un groupe de gentils.

Malgré ses allures post-rockienne, HORSEBACK est un fameux animal. C’est un peu BARONESS, la scène Black Metal Norvégienne, AMON DÜÜL II, ENVY, U.S. CHRISTMAS, GRAILS, CATHARSIS et les sides-projects de NEUROSIS à la fois. Difficile de réellement classer le projet issu de l’esprit torturé de Jenks Miller.

Les vocaux brûlés sont possédés par l’enfer. Pas de cri ici, seulement des stances presque incantatoires venu d’une gorge surnaturelle. Tandis que les guitares aux atmosphères rappelant le post-rock dessinent le rituel, la rythmique en arrière-fond mais bien présente guide à la transe.

Ancré dans son univers, The Invisible Mountain est un album où les influences ont été démultipliées pour en extraire un disque très personnel, œuvre d’un seul cerveau, peut-être lui-même désespérément oublié dans les limbes. Divisé en seulement 4 titres, les compositions sont naturellement longues. The Invisible Mountain s’écoute avec beaucoup de spiritualité. De celle qui apaise et qui force à la réflexion. De celle qui renvoie à l’intérieur de soi pour extraire cette flamme qui consume notre énergie sans heurt ni douleur. Apaisant et terrifiant à la fois, HORSEBACK nous soulage de nos émotions et fonctionne comme réceptacle à la fois fragile et plein de vigueur qui reçoit nos émotions tourmentées.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
3

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE