Chronique

YOB
Atma

image
Profound Lore Records



image
Mardi 11 octobre 2011

Successeur à The Great Cessation, Atma est le deuxième disque post-come-back de YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
. Composé de 5 titres pour 55 minutes, cela devient une habitude dans le milieu de limiter le nombre de plages sous prétexte que la durée y est.

Atma s'ouvre avec Prepare The Ground. Une plage Doom qui voit ses riffs tourner tandis que Mike Scheidt s'en donne à coeur joie avec sa voix de canard. Un chant plutôt Heavy Metal qui passe difficilement sur les premières écoutes.

Fort heureusement, en sonnant le glas avec la plage titulaire, YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
va très vite se resaisir. La machine n'est plus bridée et c'est parti pour 4 titres de Doom-Sludge-Cosmique détonnants. Atma possède une riff de guitare plutôt classique mais qui creuse son sillon boueux comme il se doit. Avec un chant bien plus possédé que sur Prepare The Ground, ce titre est la quintessence du Doom rampant. Et au rayon Sludge, Upon The Sight Of The Other Shore est loin d'être en reste, démontrant que dans la lenteur, YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
est tout aussi capable que les maîtres du genre.

En terme de capacités d'ailleurs, lorsqu'on entame les 16 minutes de Before We Dreamed Of Two , l'un des deux titres où SCOTT KELLY
SCOTT KELLY


Clique pour voir la fiche du groupe
(NEUROSIS
NEUROSIS


Clique pour voir la fiche du groupe
) est invité, on se rend vite compte que le groupe est en pleine possession de ses moyens. Rythmes pachydermiques, guitares tronçonnantes et chants incantatoires à rageusement fous. Tel est le lot de YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
.

L'extase viendra de Adrift In The Ocean qui clôture ce disque. Après un magma boueux et des irruptions explosives, ce final est de toute beauté. D'abord parce que YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
y met tout sa fragilité en introduction. Le géant s'est aussi autorisé la vulnérabilité. Ensuite parce que il s'en suit une montée en puissance soutenue par une frappe neurosienne. Instrumental sur toute sa première partie, ce titre laisse place aux penchants Post-Hard-Core-Metal du groupe avant de déchaîner un son plus Doom. Avec Adrift In The Ocean, YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
y construit un mur du son. Pesant. Fracassant. Sismique. Bien évidemment, avec un titre de cet envergure, c'est à genoux qu'on ne peut que terminer. Le final est laissé à SCOTT KELLY
SCOTT KELLY


Clique pour voir la fiche du groupe
pour asséner le coup de grâce.

Alors qu'on peut faire la fine bouche sur le nombre de plages, Adrift In The Ocean, qui occupe presqu'un tiers de la durée du disque suffit à lui seul à justifier l'acquisition de l'album. YOB
YOB


Clique pour voir la fiche du groupe
parvient à combiner ses différentes facettes en des déclinaisons bien marquées.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
5

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE