Chronique

LOFOFORA
Monstre Ordinaire

image
Wagram / At(H)Ome



image
Samedi 22 octobre 2011

Cela fait 20 ans que LOFOFORA
LOFOFORA


Clique pour voir la fiche du groupe
existe. Merde ! Quand la bio qui accompagne le disque commence comme ça, et qu'on était là aux débuts, ça fout un coup de vieux. Certes, c'est pour insister sur la longévité du groupe français et cela leur donne de la crédibilité, mais ça fait mal aussi...

Alors après ce coup au moral, il faut un défouloir. Heureusement, malgré leur âge (parce que eux aussi ils vieillissent) on peut compter sur LOFOFORA
LOFOFORA


Clique pour voir la fiche du groupe
pour redonner du baume au coeur. Avec une énergie renouvelée par l'arrivée d'un nouveau batteur, la référence qu'est LOFOFORA
LOFOFORA


Clique pour voir la fiche du groupe
avec son mélange de Punk, de Hard Core à la française et de Métal veut en découdre.

Ce nouvel album, qui vient quatre ans après Mémoire de Singes, est résolument Métal dans ses rythmes. Il y avait longtemps que le groupe n'avait pas mis autant d'agressivité. Et le début de l'album avec l'enchaînement de Utopiste, Les Evadés, Elixir, Les Conquérants et La Merde En Tube, y va franco ! Sans temps mort, LOFOFORA
LOFOFORA


Clique pour voir la fiche du groupe
va soumettre 5 titres pied au plancher.

Il faut attendre Le Visiteur, Un Mec Sans histoire, Cannibales et surtout Frustasong et La Beauté Et La Bête pour qu'il daigne ralentir quelque peu le tempo. Comme au temps de Peuh !, les textes sont moins évidents. Reuno insiste moins sur les refrains et il faut rester un minimum attentif pour y percevoir son cynisme véridique. Son chant trahit peut-être aussi son âge. Sa voix rocailleuse se trouve de nouveaux accents. Il a toujours la rage et il n'hésite pas à oser la gueulante. Toutefois de temps à autres, peut-être donc par souci de repos, il s'aventure vers un chant plus posé qui frôle la déclamation. Contrainte ou choisie, cette nouvelle facette du chant n'en est pas moins intéressante car elle apporte son lot de variations.

LOFOFORA
LOFOFORA


Clique pour voir la fiche du groupe
n'a rien perdu de sa verve. Que du contraire, Monstre Ordinaire est un album qui peut déconcerté au début, tellement il présente une hargne primale que le groupe avait quelque peu délaissée. Plus brut, allant plus vite à l'essentiel, ce septième album est sauvage et doit se dompter pour en apprécier la fougue à sa juste valeur.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE