Chronique

RUSSIAN CIRCLES
Empros

image
Sargent House



image
Jeudi 24 novembre 2011

Empros est l'album de la maturité pour RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
. Jusque là, le groupe de Chicago avait réussi à pondre des albums bien ficelés, dans un registre instrumental Post-Metal fleurtant abondamment avec le Post-Rock pour un résultat plutôt convenu. Décrit comme un rejeton de ISIS
ISIS


Clique pour voir la fiche du groupe
et de NEUROSIS
NEUROSIS


Clique pour voir la fiche du groupe
, RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
exploitait avec aisance les règles d'une musique contemplative.

Construit sur les éléments qualitatifs qui ont contribué au succès de ces trois prédécesseurs, Empros a été annoncé et est l'album le plus lourd du groupe. Une puissance qui permet de positionner cet album comme le disque le plus abouti et le plus réussi de RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Le groupe a su conserver sa touche Post-Rockienne dans ses éléments éthérés et répétitifs tout en y apportant la lourdeur doom et l'urgence du rythme. Une agressivité presque salvatrice pour le groupe qui risquait de commencer à tourner en rond dans la construction de ses titres.

Emporté par des lignes de basse massives et une batterie assaillante, Empros n'hésite pas à combiner ces assauts consistants à des passages plus délicats. Mieux encore, plutôt que des les faire se succéder, de les accoler avec facilité, RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
arrive à les superposer sans disgrâce.

Proposant donc une revisite plutôt radicale du lourd et de la mélodie, c'est dans un bloc monolithique qu'a fondu sa nouvelle version du trio. Une reprise en mains judicieuse pour un groupe qui risquait de s'engluer dans des effets de manche célestes, dominés par la fragilité.

Bien plus viscéral et explosif, Empros regorge de bonnes surprises. Au-delà de sa force brutale quasi inespérée et de sa section rythmique réveillée, le groupe tisse des atmosphères poisseuses dont il est difficile de se défaire. Des atmosphères certes, mais un jeu frontal qui plaque l'auditorium dans le vif du sujet sans issue de secours. Une vigueur exploitée en profondeur par le groupe qui n'en n'oublie toutefois pas la finesse. Une finesse déclinée aussi par l'apport de petits sons, de petites expérimentations sonores qui sont autant de détails qui font la différence.

Et lorsque RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
surprend en introduisant des vocaux sur son final Praise Be Man, c'est une fois encore dans une justesse qui caractérise l'album. Sur un air de déjà entendu, le groupe réussit, en toute cohérence, à allier à son style des éléments folk, psyché et une basse dronesque.

Reconnu comme un groupe influant dans une scène assise entre deux chaises, RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
avec un album du gabarit de Empros, s'impose maintenant comme un groupe majeur. Si il était jusque là évident de faire avec, RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
est devenu un groupe incontournable avec qui il est devenu inévitable de composer.

Seule ombre au tableau de cet album, la quantité. RUSSIAN CIRCLES
RUSSIAN CIRCLES


Clique pour voir la fiche du groupe
cède une fois encore à cette tendance (américaine) de pondre des albums, sous prétexte d'une durée syndicale (une quarantaine de minutes) au nombre limité entre 6 et 8 compositions (6 pour Empros).
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
8

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE