Chronique

CANCER BATS
Dead Set On Living

image
Distort

11 titres
Sorti le 24-04-2012


image
Vendredi 6 juillet 2012

Avec Bears, Mayors, Scraps And Bones, sorti en 2010, on avait un Cancer Bats
Cancer Bats


Clique pour voir la fiche du groupe
au hardcore hargneux mais rendu très frais par des influences southern rock de plus en plus évidentes.

Avec ce nouvel opus, on se rend vite compte (dès le début de la première piste R.A.T.S. en fait) que la tendance s'est inversée et qu'on est ici en présence d'un groupe southern rock qui accentue sa musique par un chant hardcore crié. D'un tempo très lent, le morceaux est quand même rudement efficace.

Avec cette nouvelle orientation musicale, l'accent est mis sur les riffs à la bonne vieille méthode sudiste. Un chemin qu'a déjà pris Every Time I Die
Every Time I Die


Clique pour voir la fiche du groupe
avant eux. D'ailleurs certains riffs semblent avoir été piqués sur le dernier ETID. Certains autres rappellent bien sûr Pantera
Pantera


Clique pour voir la fiche du groupe
et le son de guitare démoniaque de Dimebag Darrell. Comme s'ils avaient remis à zéro leur manière de composer et qu'on retrouvait les erreurs typiques des jeunes groupes : des influences trop évidentes. Heureusement, on retrouve un peu le Cancer Bats
Cancer Bats


Clique pour voir la fiche du groupe
rapide et pêchu d'avant sur Road Sick, résolument la plus hardcore de l'album.

Au fil des morceaux on entend Liam Cormier essayer de nouvelles choses avec sa voix, de manière plus (la voix chantée sur le morceau-titre de l'album) ou moins (celle, chantée aussi, sur le passage répétitif et pénible de Breathe Armageddon).

La suite de l'album, sans être vraiment mauvaise, révèle un manque d'inspiration et de génie évidents. Les morceaux s'enchaînent et sont tout au plus "agréables". Et on est clairement en droit d'attendre plus d'un groupe comme Cancer Bats qui, jusqu'au précédent, avait su progresser et se montrer plus impressionnant d'album en album.

Voilà, c'est regrettable à dire mais c'est un album plutôt moyen que Cancer Bats nous envoie ici. L'écoute passe plutôt bien mais une fois terminée on a envie de changer d'album pour passer à quelques chose de plus marquant.


Tags : hardcore southern rock
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE