Chronique

NASTY
Love

image
Beatdown Hardwear

14 titres - 20 minutes
Sorti le 28-02-2013


image
Dimanche 7 avril 2013

Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
revient avec un album étrangement baptisé Love. Etrange car tout ce qu'on retient généralement de Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
, c'est une débauche de haine et de violence gratuite qui laisse sur les rotules (ou ce qu'il en reste), que ce soit sur album ou en live. Parce que l'amour semble être une notion qu'ils ont dégagé de leur vocabulaire, ou plus certainement dont ils ont été dépourvus dès la naissance.

Seulement voilà. Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
prend un malin plaisir à prendre tout à contre-pied et à faire ce qu'il veut. A commencer par la musique, pour laquelle les quatre gars ne se sont jamais enfermés dans un seul style. Comme pour cet album qui, après une intro calme et douce, enchaîne avec un Hell On Earth tout en death-metal à ses débuts mais qui embraye rapidement sur un breakdown dérythmé qui a fait la réputation du groupe. Le chanteur Matthi explore tout ce qui peut ajouter de l'agressivité à la musique du groupe, que ce soit en voix gutturale ou en cris hardcore. Il laisse quand même un peu de place à un featuring de qualité sur Fake Smile, où on reconnaît aisément la voix typique de Tito (Surge Of Fury
Surge Of Fury


Clique pour voir la fiche du groupe
).

Avec des titres comme Scheisse ou Look at me and FUCK YOU, Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
prouve que les intentions du groupe sont toujours claires et balance tout ça droit au but, puisqu'avec 14 titres, cet album ne dépasse pas vingt minutes, à l'image de My brain went terribly wrong, sorti en vidéo juste avant l'album, et torché en 31 secondes chrono.

Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
se permet tout, même d'enfoncer les barrières imposées par une scène hardcore somme toute assez hermétique aux changements. Sur le morceau Love, qui prône l'entraide et le fait de se serrer les coudes dans les moments difficiles, le groupe nous surprend d'un refrain en voix claire, grâce au featuring de Craig Chaney (Evergreen Terrace
Evergreen Terrace


Clique pour voir la fiche du groupe
). Le tout se mélange assez bien et si la surprise est de taille vu ce qu'on connaît du groupe, il faut avouer que c'est une réussite.

Sur Zero Tolerance, qui clôture cet album, le groupe nous démontre aussi un côté plus mélodique de leur hardcore. Pas de voix claire sur ce coup, plutôt des chants en choeurs taillés sur mesure pour les singalong sur scène, avec des paroles qui condamnent une fois de plus le faschisme. Sujet toujours très actuel dans la scène hardcore vu les fréquents amalgames qu'elle subit.

C'est toutes ces raisons, tous ces petits éléments qu'ils osent explorer qui placent selon moi Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
un cran au-dessus des autres groupes de sa catégorie tout en y restant solidement attaché et respecté. Cet album confirme les impressions qu'on avait déjà pu avoir avec l'album précédent, Give A Shit. Pari réussi.


Tags : beatdown hardcore breakcore belgium germany
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
10
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE