Chronique

PUTRID OFFAL
Mature Necropsy

image
Kaotoxin

13 titres - 29 minutes
Sorti le 10-02-2015


image
Jeudi 9 avril 2015

Certains retours provoquent parfois joie et allégresse, d’autres vous laissent circonspects et dans quelques cas vous vous dites « mer**, comment ai-je pu passer à côté de ce groupe avant ? ». Putrid Offal
Putrid Offal


Clique pour voir la fiche du groupe
rentrerait dans cette catégorie pour moi, n’ayant honnêtement jamais entendu parler de ce groupe originaire du Nord de la France avant l’annonce de leur retour, 25 ans après. De vrais pionniers français du Grindcore donc, qui avaient à leur actif, il est vrai, uniquement des démos ou splits (avec Agathocles
Agathocles


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Supuration
Supuration


Clique pour voir la fiche du groupe
notamment). Mature Necropsy fait donc figure de premier véritable album pour Putrid Offal
Putrid Offal


Clique pour voir la fiche du groupe
, même s’il s’agit de là d’anciens titres réenregistrés (accompagnés d’un deuxième disque – pour l’édition limitée – contenant cette fois des titres d’époque juste remasterisés).

Aidé par un son moderne et qui dénote (forcément !) avec ce que l’on peut entendre si on ressort les vieux enregistrements du groupe, Putrid Offal
Putrid Offal


Clique pour voir la fiche du groupe
mélange comme il se doit Death avec (Gore)Grind pour un rendu global très 90’s, mais qui rappelle aussi les vieux Carcass
Carcass


Clique pour voir la fiche du groupe
(From Plasma to Embalming) ou General Surgery (Gurgling Prey). Lourds, sales, puissantes, les compos sont basées avant tout sur les riffs bien davantage que les breaks ou moshparts en en tout genre, et le tout se voit évidemment malmené à coups de blasts ravageurs et d’un growl alternant gentiment entre guttural et crié.

Putrid Offal
Putrid Offal


Clique pour voir la fiche du groupe
n’oublie pas non plus de groover comme on le faisait dans les années 90 (Garroting Way) ou de placer un petit lead mélodique de temps en temps (Repulsive Corpse). Plutôt sympa aussi dans sa démarche de retour, le groupe a également profité de l’occasion pour inviter Stéphane Buriez (Loudblast
Loudblast


Clique pour voir la fiche du groupe
) et Frédéric Blauwblomme (Noise Emission Control) afin d’égayer un peu cette fiesta gore.

Un retour réussi donc, pour un groupe qui se fait donc un plaisir de se rappeler aux anciens en respectant tout à fait son héritage, tout en proposant un contenu suffisamment bien foutu pour accrocher un nouveau public au passage. En l’amochant un peu au passage en live si possible…


Tags : death, gore, grind, napalm, carcass, buriez, kaotoxin
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
39

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE