Chronique

ROTTING CHRIST
Lucifer Over Athens

image
Season of Mist

31 titres
Sorti le 21-08-2015


image
Samedi 3 octobre 2015

Après 27 années et 12 albums studio, Rotting Christ
Rotting Christ


Clique pour voir la fiche du groupe
a jugé opportun de sortir son premier album live officiel : Lucifer over Athens, enregistré en décembre 2013. Tant qu’à faire, autant bien charger la bête et c’est donc deux disques, pour un total de 32 chansons, qui nous sont ainsi offerts en pâture. De quoi permettre au groupe de contenter ses fans les plus anciens comme les plus récents, puisqu’au travers de cet album live il se lance dans un survol en règle de sa discographie : des premières démos au dernier album, toutes les époques sont représentées.

Quiconque a déjà vu Rotting Christ
Rotting Christ


Clique pour voir la fiche du groupe
sur scène connait la réussite des Grecs dans ce domaine. C’est l’endroit où ils peuvent transcender leur approche sombre et belle à la fois de la musique, et ainsi livrer des shows hypnotiques et irréels. En cela, le son de cet album live surprend, voire déçoit. Là où l’on attendait beau, ample, majestueux, il se révèle beaucoup plus sec et ajusté que prévu. Surtout, il manque de ce feeling naturel que l’on recherche dans les albums de ce type ; encore plus s’agissant de Rotting Christ
Rotting Christ


Clique pour voir la fiche du groupe
. Mais loin, très loin, d’être mauvais, sa qualité quasi studio permet en revanche de bien profiter de la richesse des compos de nos Athéniens, ce qui reste un plus indéniable.

L’amorce sur 666 dévoile immédiatement une présence glacée et envoutante qui marque durablement cet enregistrement. On l’a dit, ce concert rend justice à tout ce que le groupe a pu composer et permet – dès le premier disque - à chacun de redécouvrir d’anciens morceaux sous un nouveau jour, ou, pour d’autres, de se les approprier (le morceau titre de The Sign Of Evil Existence, ou Forest Of N'Gai représentant fièrement le deuxième EP du groupe). Les bons moments étant légions (Athanatoi Este et sa batterie, le très heavy After Dark I Feel, ou encore Sorrowfull Farewell pour la période de la fin des 90’s), cet exercice se révèle assez agréable.

Le deuxième disque, lui, s’ouvre sur Demonon Vrosis, et son feeling limite Mike Oldfield. Cette seconde moitié renferme elle aussi quelques petites perles : le bien brutal Quintessence et le récent Grandis Spiritus Diavolos montrent un groupe au diapason, tandis qu’Archon (issue de Triarchy Of The Lost Lovers) et Exiled Archangels (de Thy Mighty Contract) donneraient envie d’aller à un concert de Rotting Christ
Rotting Christ


Clique pour voir la fiche du groupe
– là, maintenant,tout de suite.

Une envie cependant un peu freinée quand on s’enfile l’album en une fois, sa longueur et ses quelques temps morts (qui a dit In Yumen Xibalba ?) en faisant un sacré pavé, difficilement assimilable et appréciable dans son entièreté, sauf à être ultra fan du groupe. Si bien qu’une fois l’effort fait d’écouter l’ensemble des titres une première fois, on a plutôt tendance à jouer de la zapette lors des écoutes suivantes.

Au final, on se retrouve avec un album un peu ambigu. Doté d’un bon son d’une part, mais qui manque de feeling d’autre part; proposant une longue tracklist couvrant toute la carrière du groupe d’une part, mais trop foisonnante et faite parfois de choix discutables d’autre part. Du bon et du moins bon donc, mais si vous appréciez Rotting Christ
Rotting Christ


Clique pour voir la fiche du groupe
, et/ou ce type d’exercice, alors aucune raison de vous priver.


Tags : black metal septicflesh gothic metal melodic Greece
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
3

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE