Chronique

CHURCH OF MISERY
And Then There Were None....

image
Rise Above Records

Sorti le 04-03-2016


image
Samedi 12 mars 2016

Lourd, brut, sale et accrocheur, voilà comment on pourrait qualifier le style des Nippons de Church Of Misery
Church Of Misery


Clique pour voir la fiche du groupe
. Créé en 1995, le groupe originaire de Tokyo a fait du chemin et s'est finalement imposé comme l'une des valeurs sûres du Doom made in Japan et ce, même s'il a connu moult changements de line-up. Début mars, c'est avec son sixième opus qu'a redébarqué la cylindrée japonaise, qui, au final, n'a plus de japonais que son bassiste Tatsu Mikami.

Seul rescapé du dernier line-up qui datait de 2013 et dernier membre originel du combo, le bassiste connu pour ton jeu particulier puisqu'il porte sa basse presque aux chaussures, a eu pour lourde tâche de retrouver de nouveaux compagnons de route pour l'aider à pondre And Then There Were None, ce sixième et fameux nouvel album.

Pour se faire, notre homme a pris l'avion pour les States et a été recruter Dave Szulkin (guitariste des Blood Farmers), Eric Little (batteur de Earthride
Earthride


Clique pour voir la fiche du groupe
) et Scott Carlson (créateur de Cathedral
Cathedral


Clique pour voir la fiche du groupe
et frontman de Repulsion
Repulsion


Clique pour voir la fiche du groupe
). On notera d'ailleurs que ce dernier n'avait plus tenu le micro sur un disque complet depuis 1989 et le cultissime Horrified, premier disque de Repulsion
Repulsion


Clique pour voir la fiche du groupe
. Bref, avec ce line-up, notre ami Tatsu était loin d'avoir été trouver une bande d'éclopés et s'est donc offert la possibilité de donner un digne successeur à Thy Kingdom Scum, désormais avant-dernier album du groupe qui avait vu le jour en 2013.

Qu'on se le dise, si le résultat est bien évidemment loin d'être décevant, And Then There Were None a au final un petit quelque chose en moins que ses prédécesseurs. Bah oui, celles et ceux qui connaissent Church Of Misery
Church Of Misery


Clique pour voir la fiche du groupe
sous ses précédents line-ups purement nippons le savent, le groupe japonais est connu pour son brin de folie et son jeu sous influence. Il suffit de les avoir vus sur scène pour se l'imaginer. Ici, si la musique et les riffs doomesques sont bien entendu au rendez-vous, on a cependant l'impression que la musique de Church Of Misery
Church Of Misery


Clique pour voir la fiche du groupe
s'est quelque peu aseptisée. Dommage.

Il n'en reste pas moins que And Then There Were None dépote un maximum sans malheureusement nous emporter dans les tréfonds du psychédélisme qui était jadis l'une des marques de fabrique de cette Eglise de la Misère. On retiendra le côté très bluesy et sympathique de "Murderfreak Blues" titre qui referme l'album sur une touche presque optimiste. Mais que les adeptes du Doom pur et dur se rassurent, les six autres morceaux de cette galette balancent tous un groove lent et dégueulasse comme on l'aime, et ce avec la petite touche d'hémoglobine habituelle. Bah oui, Church Of Misery
Church Of Misery


Clique pour voir la fiche du groupe
sans les crimes des tueurs en série, ça ne serait pas Church Of Misery
Church Of Misery


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Bref, voilà un disque de bonne facture, mais venant de Church Of Misery
Church Of Misery


Clique pour voir la fiche du groupe
, il est clair qu'on aurait pu espérer encore mieux! On notera cependant l'excellente prestation de notre ami Scott Carlson qui, depuis 1989 n'avait pas trop rouillé du côté des cordes vocales.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
1

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE