Chronique

ARCHITECTS
All Our Gods Have Abandoned Us

image
Epitaph Records

12 titres - 47min
Sorti le 27-05-2016


image
Dimanche 10 juillet 2016

Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
, devenu depuis plusieurs années un des piliers de la scène metalcore, est un groupe anglais ayant sorti son 7e album — All Our Gods Have Abandoned Us- en mai 2016.

Au fil des années , et particulièrement depuis 2014, ce quintet de Brighton a su se forger son style et sa place sur la scène mondiale. Bien que le succès a parfois été en dent-de-scie selon les styles de ses albums, All Our Gods Have Abandoned Us, digne successeur de Lost Forever//Lost Together, place encore une fois la barre haut. De Ruins à Daybreaker, les fans ont été baladés entre chant clair bien présent et math-core, mais depuis 2014 Architects a trouvé sa vitesse de croisière et son équilibre, au plus grand bonheur de tous!

Même si depuis les premiers teasers on savait tous que l’album serait aussi bon que le précédent, on savait aussi qu’il ressemblerait beaucoup à ce dernier. En effet, les sonorités restent dans le même esprit de construction et de production. Heureusement avec cet album, le groupe nous prouve que la période de Hollow Crown et The Here And Now est belle et bien enterrée. La ligne de conduite a été trouvée : du bon metalcore très rythmique, des excellents breaks et sing-alongs a cappella, le tout sans pietiner.

Comme Lost Forever//Lost Together, on commence fort l’album avec Nihilist, un peu moins charismatique à mon goût que Gravedigger, il n’en reste pas moins un très bon morceau ; avec comme élément marquant un Sam Carter faisant un magnifique a cappella dans son texte et citant le titre de l’album. Ces petits apartés avec seul un drone ou léger sample en fond sonore apparaissent plus souvent sur ce disque, remplaçant un peu les nombreux sing-alongs du prédécesseur.

Bon, je vais quand même arrêter mes comparaisons et plutôt passer à la setlist et la musicalité!
All Our Gods Have Abandoned Us est soutenu dans son rythme tout au long de ses 47 minutes, enfin mis à part les petits apartés du chanteur sur lesquels les instruments se font silencieux. Soutenu? C’était jusqu’à ce qu’une belle pause en milieu d’album, sur Gone With The Wind, ne vienne nous bercer entre les nombreux et jolis breakdowns.

La première moitié fait suer tant elle est puissante et sans temps morts, la seconde quand à elle, sera plus teintée avec un peu de calme au niveau des instruments. Mais ça ne veut pas dire de vieux chant clair et balade à faire hurler des préadolescentes qui n’aiment Architects que pour Sam Carter. Au contraire, le groupe est pervenu à projeter son metalcore bien stabilisé dans une version plus post-hardcore assez réussie. A Match Made In Heaven, l’un des hits de l’album et titre à 200 % «metalcore anglais à la Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
», ne fait pas tache au milieu de Empty Hourglass, All Love Is Lost ou encore From The Wilderness.

Dans sa globalité, ce 7e CD, offre moins de grands hits comme ces Anglais en possèdent déjà quelque un. Les plus réussis selon moi sont le duo NihilistDeathwish qui, joué en intro, ferait un magnifique début de concert. Mais Downfall, The Empty Hourglass et Memento Mori illustrent bien l’album et seraient les plus poussés par rapport à ce que l’on a déjà pu écouter de la part du quintet.

Voilà donc un CD qui va aider Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
à écrire une nouvelle page, plus grande et plus puissante, de son histoire. Bien que l’on sera peut-être moins marqué par ce All Our Gods Have Abandoned Us que par Lost Forever//Lost Together, de très nombreux morceaux s’intégreront sans difficulté aux concerts du groupe. Chacun aura son avis sur pourquoi il préfère l’un ou l’autre album. Même si au final, on sera tous d’accord pour dire qu’on est heureux de voir cette lancée de la bande à Sam Carter.

La seule chose que l’on peut espérer, en-dehors d’avoir un 3e disque dans cette lignée, c’est que ces 5 Anglais exploreront de nouvelles sonorités ou ne réexploiteront pas trop ce qu’il ont déjà réussi à produire.


Tags : metalcore - Sam Carter - Architects
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

GUILLAUME - 12-07-2016, 00:01
Les faces B de l'album précédent ! Pas super intéressant !
Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE