Chronique

MONKEY3
Astra Symmetry

image
Napalm Records

Sorti le 03-09-2016


image
Vendredi 2 septembre 2016

Passés maîtres dans l'art de construire des disques aux ambiances volatiles et puissantes, les Suisses de Monkey3 nous reviennent cette année avec une cinquième galette. Épique et monumentale, Astra Symmetry avait la lourde tâche d'arriver après The 5th Sun, qui était sans doute le meilleur album que le combo suisse nous avait livré jusqu'à ce jour. Et force est d'avouer que s'il faudra un appétit d'ogre pour l'avaler (72 minutes quand même!), cette nouvelle réalisation ne vient que conforter tout le bien que nous pensions déjà du groupe originaire de Lausanne.

En débutant d'une manière plus douce et subtile qu'ils ne l'avaient fait sur The 5th Sun, les Suisses semblent avoir emprunté un sens opposé à celui qu'ils avaient pris sur leur album précédent. Car si The 5th Sun commençait par le fabuleux ''Icarus'', titre de 15 minutes qui bousculait directement l'auditeur pour laisser place ensuite à un album allant decrescendo, Astra Symmetry emprunte pour sa part le chemin inverse.

Tout commence en finesse avec ''Abyss'', titre qui plante le décor et parvient à envoûter l'auditeur lentement, mais sûrement. Une sensation de bien-être et d'abandon nous envahit et quand les premières mesures de ''Moon'', deuxième morceau de l'album, se font entendre, le pari est déjà gagné! Nous sommes sur une autre planète.

Comme c'était déjà le cas sur les albums précédents du groupe, Astra Symmetry ne sait pas s'écouter en plusieurs traites. L'auditeur, pour apprécier le disque à sa juste valeur, doit prendre le temps de se farcir les 72 minutes de cette galette qui, il faut dire, ne sont au final pas si dérangeantes tant il est facile de se laisser guider tout au long des morceaux qui, de fait, ne finissent plus que par faire un tout.

Seul impair qui s'avère encore discutable: le chant. Si The 5th Sun était exclusivement instrumental, Astra Symmetry dispose de quelques apparitions vocales comme sur ''Dead Planet's Eyes'' qui viennent briser cette quiétude dans laquelle Monkey3 avait réussi à nous installer. Mais qu'à cela ne tienne! Car après ce passage chanté vient alors une petite pépite: ''Seeds''. Morceau qui laisse notre imaginaire germer à nouveau et qui a tôt fait de nous replacer sur orbite. Simple et efficace, ce titre nous rappelle ô combien les Suisses rivalisent d'ingéniosité dans l'art de balancer un prog aux allures de stoner. Une merveille.

Après quelques dernières douces envolées, Astra Symmetry se referme sur deux titre épiques, ''The Guardian'' et ''Realms Of Lights'' qui viennent nous réveiller en puissance et mettre un terme à un album qui n'offrira sans doute pas le même degré de satisfaction qu'avait livré son prédécesseur, mais qui n'en est pas moins un nouveau chef d'oeuvre signé de la patte des Lausannois. Certes, il faudra prendre du temps pour l'apprécier à sa juste valeur, mais nous vous l'assurons, voilà un disque qui vaut la peine d'être (ré)écouté.


TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
4

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE