Chronique

TERRAFORMER
Mineral

image
Dunk! Records

6 titres - 41 minutes
Sorti le 16-02-2017


image
Samedi 11 mars 2017

Près de trois ans après le très réussi Creatures, Terraformer est de retour pour un nouvel album, le troisième sorti chez Dunk! Records . Il faut dire que la rencontre entre Terraformer et son label était une évidence. Comme déjà souligné lorsque nous avons abordé Creatures, le groupe liégeois fait figure de fervent défenseur d'une scène musicale qui a frôlé le succès populaire au milieu de la première décennie de ce siècle (vous me suivez ?) et qui, aujourd'hui, semble avoir opéré une espèce de sélection naturelle. Ce qui confère à cette scène post* une espèce d'aura élitiste mais dans laquelle sont devenus rares les groupes génériques qui n'apportent rien au paysage musical existant.

Au fil des albums, Terraformer a aiguisé son style, mariant avec beaucoup d'habilité des approches tantôt brutes tantôt atmosphériques. Parce qu'à l'inverse du schéma classique ''on commence tout doux - l'intensité monte - climax - on redescend'', Terraformer balance un son dur dès le début de Aegean qui ouvre ce Mineral. Sur une rythmique lancinante, le trio envoie ses boucles qui mettent clairement plus en avant l'ambiance que la mélodie. Entendons-nous, en évoquant des boucles je ne parle pas de pédales loop ici, plutôt de séquences musicales à répétitions sur lesquels le groupe ajoute des variations sous la forme de douces envolées de guitare ou d'éléments supplémentaires sur la ligne de batterie. Ce même Aegean présente au fil du morceau des aspects plus calmes et mélodiques dans des enchaînements bien ajustés.

La formule fonctionne et l'approche par répétitions permet d'entrer aisément dans la musique du groupe en quelques écoutes à peine. Loin de se cantonner à une seule structure, Terraformer démontre une facette plus positive de sa musique dès Adamantine par lequel se poursuit ce Mineral. Aérien et tonique, il se démarque par une structure rythmique plus complexe et offre un vent de fraîcheur après un démarrage plutôt sombre.

La musique de Terraformer ne s'encombre pas de fioritures et moins encore d'exploits techniques. Le guitariste assume volontiers son rôle rythmique bien plus au service du groupe que d'une quelconque volonté de mettre son talent personnel en avant. Et c'est finalement ce qui pourrait être la force de Terraformer : une humilité qui leur permet d'avancer lentement mais sûrement sans se griller les ailes : la douce mélodie apportée sur Amethyst démontre encore une facette différente du groupe... sans que celui-ci ne bascule dans la démonstration. Epoch, avec son côté... épique, rappelle les impressions ressenties sur l'album précédent, Creatures.

Après avoir déjà gagné le respect de ses pairs, Terraformer est avec Mineral en train de s'imposer comme valeur sûre de la scène post* - grâce à un album ficelé avec intelligence et maturité.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
20
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE