Chronique

KING WOMAN
Created In The Image Of Suffering

image
Relapse Records

Sorti le 24-02-2017


image
Samedi 11 mars 2017

On passera Citios, l'intro qui ouvre le premier album de KING WOMAN en guise de bonus track de la version digitale, puisque plus que dispensable.

C'est donc avec Utopia que les bonnes choses commencent !

Originaire de San Francisco, KING WOMAN s'est adjoint les services de Jack Shirley (DEAFHEAVEN, OATHBREAKER) pour l'enregistrement de ce premier opus, Created In The Image Of Suffering.

Avec KING WOMAN, Relapse Records cherche clairement à étoffer son rayon ouvert avec TRUE WIDOW. La démarche vaut ce qu'elle vaut, mais cette fois, la pierre ne pourra pas être jetée au label qui a trouvé avec ce quatuor, une formation bien plus pertinente.

KING WOMAN propose exactement la musique que TRUE WIDOW n'a pas été en mesure de proposer. Emmenée par le chant de Kristina Esfandiari, la formation étire les liens entre PJ HARVEY, SUBROSA et MY BLOODY VALENTINE. Le Shoegaze éthéré de la chanteuse se marie au mur du son d'inspiration Doom des autres musiciens. Alors que les ambiances s'apparentent à ce que TRUE WIDOW voulait proposer, KING WOMAN étoffe ses propositions là où le trio de Dallas s'est enfermé dans un minimalisme insuffisamment inspiré.

Created In The Image Of Suffering est un album hypnotisant où la mélancolie bien présente se confronte à des textures musicales puissantes. L'album est propice à l'introspection avec des compositions variées qui distordent le temps.

L'histoire ne dit pas si KING WOMAN aura été l'élève de TRUE WIDOW. Les formations seront sur la route prochainement, mais c'est bien le groupe de San Francisco dépassera celui de Dallas sur les dates partagées.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
1

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE