Chronique

ISIS
Live VII 02 25 10

image
Ipecac Recordings

Sorti le 31-03-2017


image
Jeudi 6 avril 2017

Groupe majeur de ces vingt dernières années mais malheureusement disparu, ISIS fait partie de ces formations qui ont propulser la scène post-metal et influencé un grand nombre d'acteurs du milieu.

Si au fur et à mesure des albums, ISIS semblait s'alléger de plus en plus dans sa version studio, sur scène, la formation de Aaron Turner (SUMAC, MAMIFFER) continuait à envoyer du lourd. Il faut dire qu'à l'instar de NEUROSIS, ISIS a su développer son style et profiter des moyens que le studio offrait pour détailler sa palette musicale tout en préservant l'intensité lorsqu'il montait sur les planches.

Ce disque est le septième live d'une série qu'Ipecap Records sort en version limitée (mais pas trop) notamment pour contribuer à renflouer les caisses de Hydra Head Records , le label de Aaron Turner qui a connu des déboires financiers.

Enregistré en Australie, lors du Soundwave Festival, le 25 février 2010, le Live propose neuf titres qui rappellent le constat évoqué plus haut. L'enregistrement a été retravaillé par le groupe lui-même mais ce dernier a laissé la version live la plus évidente possible. Dès lors, le son n'est pas sans défauts même si il a été rééquilibré mais on peut facilement s'immerger dedans.

La setlist de l'époque faisait la part belle au dernier album sorti en 2009, Wavering Radiant puisqu'on retrouve Hall Of The Dead, Ghost Key, Hand Of The Host, 20 minutes/40 Years et Threshold Of Transformation soit cinq de sept compositions de l'album. Des albums précédant son dernier opus, ISIS a préféré ne présenter qu'un titre extrait de chacun d'entre-eux, mais le groupe a sélectionné des compositions de choix : Holy Tears de In The Absence Of Truth sorti en 2006, Wills Dissolve de Panopticon sorti en 2004, Carry de Oceanic sorti en 2002 – l'album qui selon moi réunit au mieux la version studio et live de la formation) et un magistral Celestial de quinze minutes en guise de rappel pour faire honneur au premier album d'ISIS sorti en 2000.

Si l'intérêt d'une telle sortie reste limité, l'écoute d'un tel Live par un amateur du groupe souligne inévitablement à quel point ISIS manque au milieu musical. Non pas que la relève n'a pas su faire son travail ou que les anciens encore actifs ne remplissent pas leur boulot, mais tout simplement, que le groupe était parmi les plus influents et les meilleurs du genre.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE