Chronique

WHILE SHE SLEEPS
You Are We

image
SharpTone Records / UNFD Records

11 pistes / 50 minutes
Sorti le 21-04-2017


image
Samedi 20 mai 2017

Bon. Quand faut y aller, faut y aller. Brainwashed, sorti en 2015, n’avait pas vraiment été notre coup de coeur et nous avions été plutôt clairs à ce sujet (voir ici pour rappel). Bon on n’a pas clashé le groupe outre mesure, en mode « allez on est sympas un faux pas ça peut arriver ». Puis bon le groupe a toujours eu autant de pêche en concert, mention spéciale et personnelle au passage du groupe à Ham en août dernier où la chaleur était aussi extrême dans la ferveur du groupe que sur le thermomètre.

Avec des albums comme The North Stands For Nothing et surtout This Is The Six, il aurait été idiot et expéditif de lâcher le groupe aussi rapidement. Place donc à ce You Are We qui aura certainement pour but de renouer avec les avis unanimes du public sur la qualité du groupe.

Et le début du morceau-titre qui ouvre cet album nous donne de l’espoir. Une intro calme et attirante, un riff bien trempé et la voix de Lawrence agressive (avec une pointe de disto) comme au bon vieux temps. De l’espoir. Trop d’espoir même car après 90 secondes à peine, on tombe de haut. Les voix claires de Mat Welsh sont de retour et avec elles, tout ce qu’on aimait moins chez While She Sleeps
While She Sleeps


Clique pour voir la fiche du groupe
. Une siruposité trop recherchée et plutôt inutile. Un côté mélo qui fait basculer le groupe dans cette fosse sceptique de groupe pisseux-metalcore qui pense faire mouche en appliquant à répétition le schéma couplet crié - refrain chanté.

Alors While She Sleeps
While She Sleeps


Clique pour voir la fiche du groupe
, ou comment basculer en 5 ans de « metalcore puissant et sans concession » à « rock anglais qui crie un peu mais pas trop hein, sinon j’aime pas ». Tiens, ça vous rappelle rien ça ? Un indice : ils sont anglais aussi. Vous avez compris. Les gars, faut comprendre que les beaux gosses de Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon


Clique pour voir la fiche du groupe
ont déjà pris le créneau et que la girouette a fini par s’arrêter : ils ne sont pas prêts à laisser leur place. Mais comme avec le faible niveau démontré par While She Sleeps sur ce You Are We (non merci) BMTH
BMTH


Clique pour voir la fiche du groupe
n’a pas dû vraiment se sentir menacé, Oli Sykes se tape même l’incruste en guest sur Silence Speaks, morceau aussi dispensable que les autres chansonnettes de cet album.

Touchons du bois, While She Sleeps
While She Sleeps


Clique pour voir la fiche du groupe
a jusqu’à présent gardé toute sa puissance scénique. Leur côté pénible ne s’est pour l’instant manifesté que sur album, d’abord sur Brainwashed puis maintenant sur ce triste You Are We qui, comble de l’acharnement thérapeutique, dure plus de 50 minutes. Pour vous aider à faire le bon choix de vie, voici une liste de choses qui méritent plus que You Are Me d’y consacrer 50 minutes de votre vie :

- Se refaire 12 fois la scène où Negan tue Glenn dans The Walking Dead (oui il y avait un spoiler)
- Regarder 5 fois la version longue de Désenchantée de Mylène Farmer
- Regarder l’épisode 24 de la saison 5 de Grey’s Anatomy (celui où George meurt) puis pleurer 8 minutes
- Se raser intégralement le corps (deux fois)
- Courir 5 kilomètres (si vous êtes débutant) ou 10 kilomètres (si vous êtes vraiment bien entraîné)
- Nettoyer le clavier de votre ordinateur puis manger tout le contenu qui en est tombé
- Ecouter This Is The Six puis passer les six minutes restantes à se demander ce qui a bien pu se passer dans la tête des musiciens de While She Sleeps
While She Sleeps


Clique pour voir la fiche du groupe
pour nous pondre aujourd’hui un navet pareil alors qu’ils avaient largement le potentiel pour se positionner en teneurs de drapeaux de la scène metalcore actuelle.


Tags : metalcore fm anglais
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE