Chronique

ARCHITECTS
Holy Hell

image
Epitaph Records

11 titres - 42 min.
Sorti le 09-11-2018


image
Vendredi 9 novembre 2018

Il aura fallu un peu plus d’une décennie et sept albums studio pour qu’Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
se construise une notoriété qui dépasse la population des amateurs de metalcore. Au même titre que Parkway Drive
Parkway Drive


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Bring Me the Horizon
Bring Me the Horizon


Clique pour voir la fiche du groupe
, ils ont su évoluer pour attirer un public de plus en plus nombreux, à la différence qu’ils ont l'audace de produire une musique moins édulcorée que leurs collègues susmentionnés.

La mort du guitariste et membre fondateur Tom Searle a laissé planer un –léger- doute quant à l’avenir du groupe. Pourtant, l’intervalle régulier de deux années entre chaque sortie d'album instauré depuis Daybreaker (2012) est respecté. Holy Hell (2018), huitième long effort à inscrire à leur tableau de chasse, fait partie des sorties –voire est la sortie- qui génèrent le plus d’attente en cette fin d’année.



Holy Hell s’inscrit dans la lignée d’All Our Gods Have Abandoned US (2016), le son a peu évolué. Il se compose d’un mix agréable de passages légers et lourds. La légèreté offerte par la présence d’un orchestre et du synthétiseur s’entrechoque à des breakdowns brutaux où la part belle est laissée à la double pédale et aux cymbales « crash ». De légèreté il en est toujours question lors des refrains aux riffs accrocheurs ainsi qu’avec la voix claire de Sam Carter qui plie sous le poids de la douleur à chaque passage crié.

La production est on ne peut plus léchée, comme vous avez pu vous en rendre compte lors de l'écoute des quatre titres promotionnels qui ont précédé la sortie officielle d’Holly Hell. Le premier d’entre eux, Doomsday, fait office en quelque sorte de passation de pouvoir ; Tom Searle en a débuté l’écriture avant que son état de santé ne l’empêche d’aller plus en avant. Au-delà d’être un titre stratosphérique au succès indécent, le diable étant dans les détails, la ligne de piano qui clôture la version promotionnelle de Doomsday est identique à celle présente dans Hereafter, second titre sorti. Le concept de la fin du monde et d’une période qui lui succède -Hereafter- démontre une finesse qu'on ne retrouve pas, de façon difficilement compréhensible, dans la version de l’album en notre possession. Ainsi, les deux titres ne se succèdent pas et la ligne de piano n’est plus présente à la fin de Doomsday.

Ce qui tend à retenir le qualificatif de superbe pour définir Holy Hell est la capacité à assumer une production capable d’attirer un large public au travers d’une sensibilité exacerbée, sans pour autant tomber dans la simplicité –on pense notamment, dans un genre fort différent, à l’indigeste And Justice for None de Five Finger Death Punch
Five Finger Death Punch


Clique pour voir la fiche du groupe
qui tombe dans cet écueil. Il faudrait faire preuve d’une insensibilité à toute épreuve pour ne pas être ému par les différentes interprétations des sentiments qu’engendrent la mort exprimés au travers du l’opus.

Le seul défaut identifiable est un style musical très proche d’All Our Gods Have Abandoned US qui pourrait générer la sensation d’une redite. Ce défaut n’est qu’un grain de sable dans une mécanique qui a le mérite de préserver les racines metalcore d’Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
. On renverra les sceptiques vers le très court mais excellent The Seventh Circle pour lever les doutes qu’ils auraient à ce sujet.



Holy Hell est une réussite indéniable aux accents metalcore qui plaira probablement à un public étendu. Entre une production fine et une sensibilité teintée de douleur, Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
démontre à nouveau l’étendue de son talent en subjuguant son audience.


Tags : Architects - Holy Hell - Doomsday - Metalcore - Tom Searle
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
14
AUTEUR : Renaud
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasio...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il ...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE